L’Egypte réouvre le terminal de Rafah. La mission de l’UE « EUBAM » relancée ?

ObservateursEubamRafah.JPG
(crédit photo : Eubam Rafah)

(B2) Première conséquence (positive) de l’incident militaire contre la flottille de Gaza : l’Egypte a décidé de réouvrir le point de passage de Rafah vers la bande de Gaza (seul point de passage entre Gaza non contrôlé par Israël). Non pas pour trois jours comme prévu au départ mais « pour une durée indéterminée » selon les dernières déclarations égyptiennes. La question qui se pose donc maintenant à l’UE est de savoir si ses observateurs qui sont « en stand bye » depuis juin 2005 à Ashkelon joueront, à nouveau, leur rôle sur place.

L’UE avait mis en place, en novembre 2005, cette mission d’observateurs dans le cadre d’un accord de désengagement unilatéral d’Israël de certains points. Mais celle-ci n’avait fonctionné que peu de mois, cessant une large partie de ses activités en juin 2006, avec l’arrivée du Hamas à Gaza, et totalement un an plus tard, en juin 2007. On avait cru à une réouverture possible en janvier 2009 (lire : EUBAM Rafah: le redéploiement en phase accélérée). Mais il n’en avait rien été (La mission Eubam rafah revient en veilleuse).

Une mission en veilleuse qui peut être redéployée rapidement

Alors que sa suppression, un moment, a été envisagée, cette option n’a jamais été retenue. Et EUBAM Rafah a été prolongé, pour la quatrième fois, par les 27 lors de leur réunion du 12 mai dernier jusqu’au 24 mai 2011. Cette mission devrait comprendre 24 personnes (13 internationaux et 11 locaux) permettant, le cas échéant, un redéploiement rapide (3 semaines normalement)

Les activités ont été réduites, notamment le pilier des opérations. Mais une expertise en Police aux frontières et une expertise douanière a été conservée. En attendant un éventuel rédéploiement, la mission maintient des contacts réguliers avec les parties aux accords de 2005 (au niveau opérationnel), la planification des scenarii de redéploiement – qui doivent être régulièrement mis a jour, en fonction des évolutions de la situation et des différentes options qui pourraient se présenter sur le terrain, le maintien en état des véhicules et équipements nécessaires au redéploiement rapide, le développement des contacts avec les différentes organisations internationales travaillant sur la question des frontières et points de passage…

(Nicolas Gros-Verheyde)

 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).