Atalanta III va voir sa zone de mission étendue un peu plus à l’est

Hudson-UE100525.png (BRUXELLES2) C’était la dernière réunion du Rear-admiral (contre-amiral) Hudson avec les ambassadeurs du Comité politique et de sécurité (COPS) à Bruxelles. Le Contre-Amiral termine, en effet, dans quelques jours, sa mission à la tête de l’opération européenne anti-piraterie EUNAVFOR Atalanta. Le 14 juin, il sera remplacé par le général Buster Howes (1).

Le RA Hudson s’est, notamment réjoui de la dernière évolution sur le terrain – je devrais dire des vagues plutôt (vu la situation). « Dans le Golfe d’Aden, le nombre d’attaques est tombé de 15 à 20 par mois à 4 ou 5. Et seulement 3 navires ont été capturés par les pirates dans le corridor durant toute l’année. » Dans le bassin somalien, Atalanta a continué d’assurer les escortes de PAM et la dissuasion (2). « Elle a été plus proactive dans la recherche de groupes pirates, leur destruction » ainsi que le blocage des côtes, « comme le montre l’action menée encore ce matin, par le navire néerlandais Johan de Witt (3).

Au nombre des questions discutées devant les ambassadeurs des 27, l’extension de la mission. Le contre-amiral s’est montré confiant sur l’extension du mandat, pour une période de deux ans, ainsi qu’il en avait exprimé l’espoir en février dernier (4). Ce sujet pourrait être discuté au niveau ministériel lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères du 14 juin prochain. L’extension de la zone d’opération serait aussi envisagé très sérieusement. Atalanta verrait ainsi sa zone étendue, un peu plus à l’est. On se rapproche de l’Inde ! Une extension nécessaire. Plusieurs attaques de pirates sont intervenues à l’est d’une ligne qui rejoint Oman et les Seychelles. En revanche, une nouvelle extension vers le sud — au sud des zones actuelles SB3 et SB5 (Somali Bassin) vers Comores, Mayotte… — ne semble toujours pas avoir été actée.

Autre sujet en jeu : comment aider à la reconstruction des capacités régionales de surveillance de la mer, notamment des gardes côtes. « Le mieux est de jouer collectif pour réduire le risque » assure le contre-amiral.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) lire : Un béret vert va prendre la tête d’EUNAVFOR Atalanta

(2) voir également : 18 mois après le début d’Atalanta (3). Un dernier bilan

(3) lire : Le Johan de Witt bloque les pirates le long des côtes

(4) L’opération Atalanta prolongée pour 2 ans ?

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.