La solution belge pour la « douloureuse » de l’A400M

AirbusA400MEssaiVol-Eads.jpg(BRUXELLES2) Le ministère belge de la Défense qui a commandé 7 Airbus militaires A400M a fait tourné sa calculette et a évalué le supplément à payer pour la douloureuse, après l’accord entre les Etats participant au programme de l’avion militaire de transport et l’industriel.

Elle s’acquittera ainsi de 78 millions d’euros, au titre de sa quote-part des 2 milliards d’euros de fonds supplémentaires, et devrait ajouter un petit 58 millions d’euros, au titre des 1,5 milliards d’avances remboursables. Même si du coté du ministère de la défense, on s’empresse de préciser que cette participation n’est pas acquise (1), on avoue aussi qu’il y a une petite cagnotte… Le budget réservé à l’A400M était de 1,189 milliards d’euros, euros constant, avec l’inflation anticipée. Or celle-ci a été légèrement inférieure aux prévisions…

Les trois premiers avions seront livrés aux Belges en 2019 et les quatre suivants en 2020, selon le planning fourni par EADS. Les paiements, y compris les surcoûts, seront – quant-à-eux – étalés entre 2015 et 2020, selon le ministère de la Défense belge. D’ici là…

(1) Lire également l’interview de Pieter De Crem réalisée à Palma de Majorque fin février.

(NVG)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).