Course poursuite dans l’Océan. Le Topaz libère 27 otages et arrête 9 pirates

GALATE3-Eunavfor.jpg (BRUXELLES2) Le navire des gardes-côtes des Seychelles le Topaz a réalisé, aujourd’hui, une interception d’un bateau mère utilisé par les pirates et libéré les otages qui étaient à bord. Depuis plusieurs jours, les avions de patrouille maritime de la force européenne anti-pirates EUNAVFOR Atalanta (le Merlin III Luxembourgeois et le Dash 8 Suédois) pistaient les pirates.

Sauts de puce des pirates. Ceux-ci ont ainsi d’abord capturé un navire le MV Arzoo avec un équipage de 14 indiens (libérés sains et sauf). A court de carburant, ils avaient décidé de prendre une autre proie. Un bateau iranien, le MV Abi Al, avec 21 hommes d’équipage (15 Iraniens, 6 Pakistanais), est ainsi capturé vendredi. Puis c’est au tour d’un bateau pêcheur immatriculé aux Seychelles, le FV Galate, avec 6 Seychellois à bord, d’être capturé dans la nuit de dimanche à lundi, à 90 miles du sud-est de l’ile de Mahé (la principale ile des Seychelles). Les pirates trouvant ce dernier bateau trop petit embarquent  les 6 hommes d’équipage, prennent le Galate en remorque et mettent le cap vers le nord de la Somalie avec leurs 27 otages.

Escarmouches en océan

C’est alors que le Topaz entre en jeu. Guidé par l’avion de patrouille suédois d’Eunavfor qui suit la situation du ciel, il localise le dhow. Des ordres de stopper sont pris. Mais les pirates répondent « de manière menaçante ». En fait, ils tirent au lance-roquette en direction des gardes-côtes. Le Topaz tire alors de sévères coups de semonce. Les pirates continuent. S’engage alors une course poursuite. L’ordre d’interception ayant été donné par les autorités des Seychelles avant que le Dhow puisse atteindre les cotes somaliennes (NB : plusieurs Seychellois ont déjà été pris en otage dans le passé, à bord des navires Serenity, Indian Ocean Explorer et – dernièrement – avec le thonier espagnol Alakrana ; une affaire suivie avec émotion dans l’archipel où la question de la piraterie est maintenant très sensible).

Tir au but

Lundi après-midi (on est alors à 250 miles au nord-ouest de Mahé), les gardes-côtes du Topaz tirent alors au but, dan le moteur du  dhow, ce qui entraîne un feu à bord. Les pirates, l’équipage iranien comme les Seychellois sautent alors en mer. Le Topaz a alors récupéré tout le monde : les Seychellois (Joel, Francis, Emannuel, Richard, Roland et Antoine – tous sains et sauf), l’équipage iranien (dont un des marins avait été blessé par un tir), ainsi que les 9 pirates. Tout le monde est actuellement en route vers les Seychelles, où ils sont attendus demain après-midi à Victoria selon l’Etat-major des gardes-côtes de l’archipel.

« Action« 

Il faut remarquer que si ce n’est pas la première prise des Seychelles, c’est la première action très « offensive » du Topaz. Les Seychellois ont été – depuis plusieurs mois – entraînés et formés spécialement à la lutte anti-piraterie. Notamment par les conseillers militaires présents sur l’archipel (français et britannique). Cette action menée en étroite coopération avec les forces européennes prouve ainsi la pertinence du soutien et de la formation dispensés aux forces locales.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(visant à les transformer d’une force de surveillance des pêches à une force plus active, lire ici)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).