Une opération combinée Otan-UE-Russe reprend un navire slovène (maj


AbsalonForcesSpeciales-Dk100102.jpg
(BRUXELLES2) L’alerte a été donnée un peu avant 6 heures GMT ce vendredi matin. Un navire slovène, le MV Ariella était sous le coup d’une attaque de pirates dans le Golfe d’Aden à hauteur de Bossaso. L’attaque est assez osée puisque le navire naviguait dans un groupe de transit, dans le couloir international, sous protection donc ! Cela fait plusieurs jours que les pirates s’en prennent aux bateaux dans le Golfe, revenant à leur tactique précédente.

Pirates à bord ! L’alerte est captée par la frégate indienne, le Tabar, et répercutée aussitôt à tous les navires et avions de la zone, par le système de communication sécurisé, « Mercury ». L’avion de patrouille maritime d’EU NAVFOR, un Atlantique français, rapidement sur la zone, confirme que les pirates armés étaient déjà sur le pont de l’Ariella.

Opération commando déclenchée. Après un contact avec l’Officier de permanence de la frégate danoise Absalon qui fait partie de la force de l’OTAN (CTF 508), il est convenu d’une opération combinée de toutes les forces en présence pour reprendre possession du navire. Les militaires savent en effet que l’équipage s’est réfugié dans une pièce sécurisée, au fond du navire, conformément aux règles de « bonne pratique » anti-pirates. Tandis que l’avion français continue sa surveillance, les forces spéciales danoises se préparent et prennent à  l’abordage l’Ariella rapidement sous contrôle.
Les pirates fuient peu avant l’attaque et n’ont pas apparemment été poursuivis. Dans le même temps, le navire russe Neustrashimyy, qui est à proximité, s’empare du deuxième skiff pirate et arrête les personnes à bord. L’opération
combinée UE – OTAN – Russie – Inde permet ainsi de délivrer l’équipage de 25 personnes (1 Bulgare, 1 Slovaque, 1 Indien, 7 Ukrainiens, 15 Philippins).

Que faire des pirates. Le MV Ariella est propriétaire d’une société slovène (Splosna Plovba, International Shipping and Chartering Ltd) et bat pavillon d’Antigua et Barbuda. Il n’est pas certain que les pirates arrêtés pourront être poursuivis, même s’il y a flagrant délit, et selon quel dispositif judiciaire. Selon les lois de la mer, les autorités slovène, danoise, russe peuvent être compétentes. Mais aucun de ses pays n’a, selon mes informations, d’accord de transfert avec un pays riverain. Quant aux pirates à bord du navire, ils se sont entretemps enfuis (peut-être à bord du premier skiff qui restait à disposition) selon un porte-parole des forces européennes.

(crédit photo : Marine danoise, les forces spéciales de l’Absalon, il y a trois jours)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).