Rififi à La Haye autour du retrait d’Afghanistan (maj)

(B2) Le retrait d’Afghanistan était une de leurs promesses de campagne, les socio-démocrates (PvDA) entendent bien la tenir. Le leader du PvDA, Wouter Bos, a ainsi exigé que le cabinet (conseil des ministres restreint) – qui se réunit vendredi – mette fin définitivement cette année à la mission des militaires néerlandais dans la province afghane d’Uruzgan. Ruinant ainsi tout espoir de compromis vers une sortie en douceur (1). Quitte à provoquer une crise gouvernementale au sein de la coalition (qui réunit également les chrétiens-démocrates du CDA et de la CU… “La question n’est pas de savoir si le cabinet tombera mais quand” commentent nos confrères du quotidien Volkskrant. Si la nouvelle était confirmée, elle tombe on ne peut plus mal pour l’OTAN engagée dans une offensive, hypermédiatisée, pour reconquérir le terrain perdu à Marjah.

(samedi 20 février) Après plusieurs heures de négociation, aucun accord n’ayant pu se faire au sein de la coalition le gouvernement a implosé sur la question afghane. De nouvelles élections vont être prévues qui devraient obliger à une nouvelle coalition. Mais, mis à part les Chrétiens-démocrates, les autres partis (notamment le PVV populiste et le D66 alternatif) sont opposés au maintien
de la mission en Afghanistan.

(1) Lire : Les Néerlandais pourraient rester en Afghanistan un an de plus

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.