Libération du Navios Apollon et du MV Pramoni contre rançon

MV Navios Apollon

(BRUXELLES2) L’information est confirmée par le QG d’Atalanta, l’opération européenne anti-piraterie, basé à Northwood (Londres).

Le vraquier grec Navios Apollon, naviguant sous pavillon panaméen, a été libéré par les pirates. Une rançon a été “droppée” sur le navire, le 27 février matin (son montant n’a pas été précisé mais les agences de presse mentionnent le montant de 7,5 millions de $). Le MV Navio Apollon avait été capturé le 28 décembre à 200 miles nautiques à l’est des Seychelles, alors qu’il faisait route de la Floride vers la Thaïlande. Il compte un équipage de 19 personnes à bord (1 Grec et 18 Philippins). Le navire est suivi à distance par un avion de patrouille maritime d’Atalanta. Mais aucune demande d’assistance précise n’a encore été reçue indique le QG d’Atalanta.

Le chimiquier MV Pramoni, un navire indonésien de 20.000 tonnes, affrété par une société norvégienne, et battant pavillon singapourien, avait été capturé le 1er janvier dans le Golfe d’Aden, avec un équipage de 24 personnes (17 Indonésiens, 5 Chinois, 1 Nigérian, 1 Vietnamien). Il était ancré au large d’Eyl, une des bases principales des pirates somaliens. Le QG d’Atalanta a également confirmé, le 26 février, suivre “attentivement” la situation.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).