La lettre d’Ashton aux ministres de la Défense

(BRUXELLES2) Catherine Ashton, à défaut d’être présent au Conseil informel des ministres de la Défense, à Palma de Majorque, leur a envoyé une lettre en anglais (dont j’ai pu prendre connaissance). Cette lettre a d’abord un objectif : s’excuser de son absence, présenter quelques idées qu’entend défendre la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité commune. J’ai déjà évoqué l’idée d’un Conseil formel des Ministres de la Défense. Voici quelques autres éléments (traduction non officielle) :

• Le partenariat avec l’OTAN
occupe une place de choix. « Je suis déterminée à travailler étroitement avec le Secrétaire général » explique Catherine Ashton, « confiante que la constellation d’un nouveau traité, de nouvelles personnalités aussi bien que de nouvelles structures réunissant la gestion de crises militaire et civile va nous offrir une fenêtre
bienvenue d’opportunité pour accomplir cela. Je ferai des recommandations concrètes avec l’OTAN et j’ai l’intention de renforcer la pratique des réunions informelles entre le Secrétaire général et moi-même pour examiner des solutions opérationnelles d’un commun intérêt.»

Tirer les leçons d’Haïti. « Les missions de gestion de crises de l’UE vont continuer à augmenter en 2010 » ajoute Catherine Ashton qui souligne combien « la réponse de l’UE a été appropriée et efficace face au tremblement de terre à Haïti ». Mais il ne faut se reposer sur ses lauriers (“This should not, however, mislead us into complacency“). « Les leçons de la réaction de l’UE à la crise en Haïti, y compris l’emploi de moyens de la PeSDC et militaires, doivent être tirées ».

Consensus pour étendre l’opération Atalanta « Il est indispensable de maintenir la fonction de dissuasion des forces navales de l’UE. Il est nécessaire de trouver des solutions de long terme (…) permettant le transfert des pirates suspects pour jugement. Il est important aussi de s’attaquer aux causes (notamment) la contribution de l’UE à la construction d’une capacité régionale maritime. (…) Il y a aussi un consensus pour étendre l’opération. Ce qui va faciliter la génération de forces et sera un signal fort de l’UE à l’engagement soutenu de la communauté internationale. »

(lire également sur ce sujet Atalanta va recevoir le mandat de surveiller les côtes somaliennes)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).