Une mission Eufor ou Eumm Transnistrie, un rêve ?

(BRUXELLES2) Non. C’est le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, qui en a évoqué l’idée, publiquement, sans qu’on lui pose la question, devant les journalistes à la sortie du dernier Conseil des Ministres des Affaires étrangères, lundi soir. « Nous avons créé – avec une quinzaine de pays – le groupe des amis de la Moldavie et avons adressé une lettre à Catherine Ashton pour qu’elle s’intéresse au problème moldave : sur les question économiques, sur les visas, la Transnistrie… Ce serait bien, à terme, qu’on trouve des solutions avec la Russie pour que cette autre partie de la Moldavie retrouve sa place ». L’idée qui transparaît chez quelques experts est de trouver une solution commune « avec nos amis russes sur la Transnistrie ». « C‘est un rêve » s’empresse de dire Pierre Lellouche — « d’une force européenne qui remplace les Russes ».

Celapeut paraitre loufoque aux yeux de certains. Le nom même de Transnistrie l’est. Elle ne l’est pas tant que cela. Et les lecteurs de ce blog le savent bien. Une force européenne, ou une force mixte (pour commencer), permettrait de commencer un rétablissement des relations entre Moldavie et Transnistrie (un préalable avant toute réunification), aux Russes (comme aux Transnistriens) de sortir la tête haute de ce conflit vieux de presque 20 ans, aux Moldaves de retrouver la paix sur l’ensemble de leur paix. Accessoirement, il permettrait de mettre fin à un “trou noir” dans la carte européenne, propre à certains trafics et certaines mafias et de mettre fin à des “conflits oubliés” du continent
européen. Cela mérite qu’on s’y penche et qu’on suive le sujet.

Lire également :Entre la Moldavie et la Transnistrie, un timide rapprochement (avril 2008)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).