Les pays non membres de l’UE pourront accéder au Centre satellitaire

(BRUXELLES2) Les ambassadeurs des 27 doivent, ce mercredi (7 octobre), adopter une modification du règlement du centre satellitaire de l’UE (CSUE) permettant à certains pays « au cas par cas » tiers d’accéder aux services du CSUE (*). Les articles 5 et 21 du règlement de 2001 sont modifiés en conséquence.

Quels pays sont concernés ? Principalement les USA et le Canada qui auront désormais un accès, de façon générale, aux produits du centre ; et ensuite, à certains pays tiers, « au cas par cas ». Les Etats européens membres de l’OTAN ainsi que les pays candidats à l’adhésion étaient, en effet, déjà habilités à participer aux activités du centre selon des modalités définies dans le règlement de 2001 (par l’annexe). Désormais tous les Etats membres de l’OTAN (les Etats-Unis et le Canada) seront au même régime. En outre, le Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE pourra autoriser la « mise à disposition de État tiers déterminé ». Ce « au cas par cas. » après autorisation – « instructions » – du  Comité politique et de sécurité (COPS).

Le centre a été créé en 2002 au niveau de l’Union européenne. Mais il reprend en fait les fonctions du centre satellitaire de l’UEO créé en 1991. Etabli près de Madrid à Torrejon de Ardoz, il est chargé d’exploiter les informations résultant de l’analyse des images stallitaires. Une fonction utile lors des opérations militaires ou civiles mais aussi en cas d’opération d’évacuation de citoyens ou de catastrophes naturelles. Ses « produits » ont notamment été utilisés lors de l’opération Eufor au Tchad, Eumm en Géorgie ou Atalanta au large de la Somalie. Ses effectifs ont été légèrement renforcés en 2008 et 2009 notamment pour le projet GMES (environement et sécurité). Mais c’est encore une structure « légère ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).