Les avions luxembourgeois aux Seychelles: des privés « bien utiles ! »

(BRUXELLES2) L’arrestation de pirates par les gardes-côtes des Seychelles, après l’attaque de thoniers français, vient de le prouver. Les « petits » appareils de surveillance maritime, les avions Merlin III financés par le Luxembourg s’avèrent « bien utiles ».

Courte autonomie mais bien équipés

Comme me le confiait un officier d’Atalanta (l’opération européenne anti-piraterie), certes ils ont une « courte autonomie, environ 3 heures 1/2 (NB : pour un aller, à multiplier par 2 au total). Mais ils sont très adaptés pour la surveillance côtière (comme celle de l’archipel des Seychelles) que des P3 Orion de fait un peu surdimensionnés pour ce type d’action. Ces derniers sont plus adaptés pour faire des patrouilles maritimes sur l’Océan indien. »

Complémentaires aux autres avions sur zone

De fait, les deux types d’appareils dont dispose ou disposera Atalanta (Merlin III ou le futur Dash des forces suédoises, d’un coté, Orion P3 et Atlantique II, de l’autre) sont très complémentaires. Il est d’ailleurs étonnant que, mis à part un reportage du Luxemburger Wort avant le départ, le gouvernement du Grand Duché n’ait pas vraiment communiqué sur cette question (ce blog avait ainsi été le premier à annoncer cette participation).

L’innovation n’est pas mince

C’est la première fois que le Luxembourg participe à une opération maritime. Celui qui aurait dit cela il y a quelques mois aurait été taxé de ridicule. Et cependant ! -:) Cette participation n’est pas symbolique. Deux avions durant plusieurs mois, cela a un coût. Pour ce faire, le Grand Duché a recouru aux moyens du privé. C’est la société privée, CAE Aviation, qui fournit avions et équipages. Ils sont trois par avion : un pilote, un copilote, un observateur. Tous venant du privé mais la plupart du temps d’anciens militaires. Un partenariat public-privé qui n’est pas tout à fait extraordinaire dans les opérations de l’UE. On se souvient des hélicoptères Mi8 « Irlandais » à Eufor Tchad (mais le souvenir qui avait été laissé n’avait pas été excellent !).

Des premières missions payantes

Les Merlin III sont arrivés fin septembre. Ils sont équipés de caméras à haute résolution, tournant de jour et la nuit, avec enregistrement
vidéo à l’appui. Si leur première mission a été de routine, leur deuxième mission a été immédiatement opérationnelle puisqu’ils ont pu survoler l’Alakrana, le thonier espagnol capturé par les pirates, et prendre les premières photos. La dernière sortie, samedi, en liaison étroite
avec les gardes-côtes des Seychelles, est la première « réussite » de l’avion. La saisie du bateau-mère (si elle est confirmée) constitue, en effet, un revers sérieux pour les pirates et pourrait permettre de rétablir un peu de sécurité dans la zone. Peut-être…

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).