Les Américains font pression sur les Néerlandais pour le JSF

(BRUXELLES2)

Hésitation ultime. Les Néerlandais qui ont commandé 85 avions de chasse JSF (Joint strike fighter) se tâtent sérieusement. Un des principaux partis de la coalition au pouvoir, le PVDA (social-démocrate) souhaiterait revoir le montant de la commande. Le coût de la commande n’est pas mineur : près de 10 milliards de $ (6,1 milliards $ de l’époque), ce qui, aujourd’hui, en pleine période d’austérité semble malvenu. Des représentants de l’armée de l’air américaine et du producteur d’armes Lockheed Martin sont ont donc fait le déplacement, hier, jusqu’à la Haye, pour rencontrer des députés et des journalistes, ainsi que le secrétaire d’Etat à la défense, Jack de Vries (CDA), un chaud partisan du JSF “meilleur et en définitive moins cher que d’autres candidats“.

La menace est claire. Tous les moyens ont été utilisés. Coté bâton, le vice-président de Lockheed, Tom Burbage, qui menace : si les Pays-Bas écartent en totalité ou en partie le projet JSF, “les futurs contrats iront à des pays qui participent pleinement“. Coté carotte, pour ajouter le geste à la parole, le néerlandais Stork Fokker a annoncé le même jour une “bonne” nouvelle : il assurerait pour le JSF, la production de flaperons, des ailerons mobiles. Une commande de départ qui devrait signifier un premier chiffre d’affaires de 200 millions
de dollars qui pourrait monter à plus d’un milliard de dollars… à condition que les Pays-Bas achètent effectivement le JSF. 100 emplois
tout d’abord, le double ensuite. Un bienheureux hasard…

NB : Le principal concurrent du JSF est le Gripen Suédois,Eurofighter et Rafale avaient jeté l’éponge (lire également : Saab baisse le prix de son Gripen pour arracher le marché aux Pays-Bas Avion de chasse: les Pays-Bas ont-ils favorisé le F-35 ?).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).