Actu BlogPiraterie maritime

Le BCR Somme attaqué par les pirates dans l’Océan indien.

(BRUXELLES2) Cette fois les pirates n’ont pas lésiné… Ce n’est plus ni moins le navire amiral de l’Alindien – le commandant français dans l’Océan indien – qui a été sa cible dans la nuit de mardi à mercredi. L’attaque s’est produite à 250 miles des côtes somaliennes. Les pirates ont ouverts le feu à la Kalashnikov. Puis ont rapidement fait demi-tour devant la réaction. La poursuite s’est alors engagée. Le chasseur devenant chassé. Les deux skiffs se sont séparés. L’hélicoptère du BCR ne pouvant décoller, c’est le navire lui-même qui a entamé la poursuite.

Cinq suspects arrêtés. Au bout d’une heure, le skiff poursuivi s’est arrêté. Les militaires de l’équipe de visite n’ont rien trouvé à bord : ni armes, ni vivres. Apparemment (et c’est une consigne reçue des pirates), tout avait été jeté à la mer. Les cinq suspects ont été appréhendés et mis à bord du BCR. Mais leur sort n’est pas encore fixé. Les juristes doivent examiner la question d’un point de vue légal. En effet, mis à part “la continuité de la poursuite”, il n’y a pas de preuves évidentes.

En mission de ravitaillement. Le BCR rentrait de mission CTF 150 – la force navale de l’opération anti-terroriste “Enduring freedom” – et “se dirigeait vers les navires de la force européenne anti-piraterie, Atalanta (1) pour les ravitailler” selon l’Etat-Major des armées à Paris. Il devait notamment faire jonction avec le “Canarias”, la frégate espagnole qui est engagée près de l’Alakrana, pris en otage par les pirates, et détient également deux suspects.

Le sixième navire militaire attaqué. Selon mon décompte, c’est tout de même le sixième navire militaire ou avec à son bord des militaires qui est attaqué par les pirates. Cela qui commence à devenir une sérieuse habitude (pour avoir la liste des cinq premiers, lire ici).

(1) Atalanta compte actuellement 9 frégates : Lafayette et Germinal (FR), Evertsen (NL – navire amiral), Louise-Marie (BEL), Frijden (NOR), Karlruhe et Bremen (DE), Canarias (ESP), Adrias (GRE) et quatre avions : 2 patrouilleurs maritimes Orion P3 (ESP et ALL) basés à Djibouti ou Mombasa et deux avions de surveillance Merlin (LUX) basés aux Seychelles. NB : l’Atlantique II français qui fait partie de l’opération Atalanta est actuellement sous pavillon national. Liste détaillée des forces en présence dans l’Océan indien (Eunavfor, CTF151, Otan) sur le blog de mon confrère, Thomas Witold, de Focus.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).