L’Australie a comme un doute sur l’Afghanistan

(B2) La rencontre entre le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen et le ministre de la Défense australien, John Faulkner, devrait être l’heure des mises au point. Avant de partir pour Bratislava, où se tient la réunion des ministre de la Défense de l’OTAN, l’Australien a, en effet, donné une interview à ABC Radio où il a dit clairement sa volonté de voir la mission se terminer le plus tôt possible. « I’ve certainly asked the Australian Defence Force for any recommendations they have about ensuring we do complete that important role and responsibility both effectively, but in the shortest time frame possible » ajoutant, ensuite : « I don’t want to see Australian troops in Afghanistan a day longer than is necessary. » Les Australiens qui ont 1500 hommes, la plupart en Uruzgan, craignent de se sentir un peu seuls après le départ des Néerlandais de cette province l’année prochaine. La réunion de Bratislava doit notamment décider qui reprendra le commandement. Et les Australiens n’y tiennent manifestement pas. Mais alors pas du tout…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter