Embargo sur les armes édicté contre la Guinée, levé pour l’Ouzbékistan

(B2) Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE devrait prononcer, le 27 octobre, une première série de sanctions vis-à-vis de la Guinée où la situation sécuritaire se détériore. Les émeutes de septembre où 150 personnes avaient péries ont sonné l’alarme parmi les dirigeants européens. Ces sanctions seraient ciblées sur les membres de la junte au pouvoir (gels des avoirs et restriction des visas) et accompagné d’un embargo sur les armes. Il faut remarquer la rapidité avec lesquelles ce type de mesures a été prise. D’ordinaire, ce type de mesures est plus lente à entrer en action.

Par ailleurs, les 27 devraient lever les sanctions qui affectent l’Ouzbékistan (livraisons d’armes essentiellement – les autres mesures avaient été levées il y a un an). Les diplomates de l’UE estiment en effet que le pays a fait de nombreux efforts en matière de respect des droits de l’homme et de la démocratie. et que cela mérite un encouragement. Ces mesures avaient été mises en place après les émeutes de 2005 qui avaient fait plusieurs centaines de morts et le refus du gouvernement d’accepter une enquête internationale.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.