Un réseau en Atlantique pour la surveillance maritime

(BRUXELLES2) Suite directe de la réunion informelle des Ministres de la Défense à Göteborg (1), la Commission européenne a proposé, jeudi (15 octobre), d’aller plus loin dans la coordination des politiques maritimes. Elle prône ainsi une approche par bassin : « les priorités et les instruments de la politique maritime doivent être adaptés en fonction du contexte géophysique, économique et politique propre à chacun des grands bassins maritimes européens ».

Au-delà des aspects, c’est un nouveau de gisement de compétences qui s’ouvre pour l’UE. « L’UE est déterminée à contribuer à la mise en place d’une capacité internationale de la Communauté qui lui permettra de surmonter les défis maritimes actuels et futurs ».

Toutefois, le partage de données et l’interopérabilité des systèmes de surveillance posent certains problèmes sur les plans technique et juridique, ainsi que du point de vue de la sécurité. Dans sa proposition, la Commission propose de lancer deux projets pilotes destinés à tester concrètement l’intégration de la surveillance maritime : en Méditerranée et proche Atlantique ; et en mer du Nord.

Télécharger le rapport

(1) Lire : La Suède veut renforcer la coopération de l’UE dans la surveillance maritime

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).