Retour au pays pour 23 pirates détenus par les Seychelles

(BRUXELLES2) Cela ressemble étrangement à un échange même si les autorités des Seychelles le nient. Les autorités des Seychelles ont, en effet, annoncé avoir rapatrié en Somalie 23 hommes suspectés de piraterie, arrêtés à plusieurs occasions. « Nous n’avions pas assez de preuve pour les poursuivre devant nos juridictions » ont-elles souligné.

Parmi ces suspects, figurent les 9 personnes arrêtées en avril par la frégate espagnole d’Atalanta, le Numancia, lors de l’opération d’interception du navire de croisière italien MSC Melody, et « remis » officieusement aux autorités des Seychelles (ils ont été libérés puis repris aussitôt par les gardes-côtes).

Dans le même temps, plusieurs marins seychellois étaient libérés par les pirates de Gara’ad. Les deux petits avions, Dornier 228, où ils se trouvaient ont été saisis, dimanche, par les autorités du Puntland à Galkayo, alors qu’ils effectuaient un ravitaillement, selon le site Garaweonline.

Toujours dimanche, les autorités kenyanes avaient immobilisé sur l’aéroport de Nairobi, un avion, arrivé dans la nuit, selon le quotidien kenyan Nation. Le Dash 8 avait à bord 40 personnes, un équipage de 3 personnes et 37 « pirates » selon les Kenyans, qui auraient été libérés par les autorités kenyanes. Entre les avions saisis au Puntland et celui saisi au Kenya, les 37 de Nairobi et les 23 déclarés par les Seychelles, il semble voir quelque confusion. Ce qui est certain c’est que les Seychelles ont vidé leurs prisons des « suspects » qui y avaient été enfermés depuis plusieurs mois. Afin de ramener au pays les trois marins pris en otage.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).