Les Yémenites répliquent, les Allemands bloquent, les Australiens arrêtent…



(BRUXELLES2) Dommage ! Les pirates qui ont tenté d’attaquer un vraquier, dans la nuit de dimanche, dans le golfe d’Aden devaient être mal informés ou un peu imprudents. Car ils se sont heurtés à une résistance inattendue pour un navire marchand.

A bord de la cible, le BBC Portugal, en effet, avait pris place une unité de la marine yéménite embarquée. Quand ils aperçurent les militaires, le skiff abandonna l’approche et tente de fuir. Mais trop tard. Les gardes yéménites tirèrent des coups de semonce. Et les navires des coalitions internationales présentes dans le secteur répondirent à l’appel à l’aide donnée par l’équipage. S’est alors jouée une belle combinaison (comme on dirait au rugby)…

En l’air, l’avion de reconnaissance japonais, P3 Orion, repérait la situation. Sur mer, le navire australien de la CTF 151, le Toowoomba, qui était le plus près du vraquier s’est rapproché à grande vitesse. Pendant ce temps, l’hélicoptère allemand du FGS Bremen, qui participe à l’opération Atalanta, se mettait au-dessus du skiff pour le bloquer et repérer les armes. Le temps pour les deux RHIB de l’équipe d’arraisonnement du Toowoomba d’arriver près du skiff et d’appréhender les pirates. A bord du skiff, le lot habituel d’armes : un lance-roquettes lance-grenades (RPG), six fusils d’assaut AK-47 et un fusil d’assaut G-3 ainsi qu’une grande quantité de munitions. Les suspects – au nombre de 7 selon le BMI, de 8 selon le QG Atalanta – interrogés par le commandant de bord ont nié avoir l’intention d’attaquer le navire marchand et de se livrer au piratage. Ils ont été sermonnés par le commandant australien avec consigne de s’écarter du corridor international puis… relâchés. « Avec suffisamment d’essence, d’eau et de vivres » pour rallier la terre ferme a précisé le commandant du navire australien, Commander Ivan Ingham.

Une opération concertée rendue possible selon le QG d’Atalanta, grâce au système commun de communication des forces présentes sur place.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).