Les Européens aiment-ils l’Otan ? Le curieux sentiment des Polonais

(BRUXELLES2) Les Français et les Allemands sont devenus les premiers « aimants » des Etats-Unis si on lit bien le sondage réalisé par le German Marshall Fund. Avec l’arrivée d’Obama, aidant, la confiance des Français envers la politique internationale américaine a bondi, passant de 11 à 88%, celui des Allemands de 12 à 92 %. Plus… on ne peut pas…C’est largement au-dessus de la moyenne européenne, à 77%

Le curieux sentiment polonais

Les Polonais, à contre-courant, sont loin derrière. Contrairement aux habituels poncifs, les Polonais semblent plutôt rétifs à l’Atlantisme de leurs dirigeants. Avec un petit 55% (+ 9 points), ils peuvent ainsi apparaître comme bouder quelque peu l’Obamania. Non sans raison interne : Bush et son engagement viril était peut-être plus populaire en Pologne que Obama qui leur paraît trop mou face aux Russes. Et il y a aussi quelques déceptions : un engagement fidèle en Irak, puis en Afghanistan, sans que cela leur apporte vraiment le sentiment d’être privilégié par rapport à d’autres (Allemagne, France, Russie notamment leur passent devant). L’abandon en rase-campagne du bouclier anti-missiles est aussi à remarquer dans ce retour de balancier. La Pologne est en train de (re)découvrir un vieux poncif de la politique internationale : il n’y a pas d’amis, seulement des intérêts.  Sur l’OTAN, là encore les Polonais se distinguent, le sentiment de croyance en l’Alliance tend lentement à s’effriter : 50% des Polonais seulement considèrent que l’OTAN « constitue le fondement de leur sécurité ». Une fois de plus, c’est le pire résultat en Europe.

Remontée du besoin d’OTAN

Partout ailleurs, la confiance dans l’OTAN semble remonter. On peut observer cette remontée tant du coté britannique (72%) que du coté français (63%) ou en Slovaquie (52%) mais pas du coté allemand (56%).

Concernant l’Afghanistan, une majorité de personnes interrogées veut voir les troupes retirées d’Afghanistan. Près d’un Européen de l’Ouest sur deux (55%) et 2 sur 3 des Est-Européens (69%) veut voir réduire le contingent. Tandis que le retrait total des troupes est soutenu par 51% des Polonais, et 41% des Allemands ou Britanniques. En Europe, les Polonais sont ainsi les plus nombreux à demander le retrait des unités de l’OTAN d’Afghanistan. Curieux…

NB : ce sondage a été effectué sur 13 000 personnes aux Etats-Unis et dans 12 pays européens

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).