Solana ne rempilera pas: « 10 ans c’est suffisant »

(BRUXELLES2) Il l’a officiellement confirmé à nos confrères espagnols d’ABC, dimanche, comme il l’avait déjà laissé sous-entendre (cf. biographie) Javier Solana, le Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE ne briguera pas un troisième mandat. Mais il en a déjà fait deux à ce poste, soit 10 ans.

Et, comme il le dit « je pense que dix ans est plus que suffisant ». Mais pour autant il ne compte pas raccrocher. « Cela ne signifie pas que je vais me coucher. J’ai encore de nombreuses années, à être actif et je ne quitterai pas. Il existe de nombreux endroits où on peut servir. Je vais mourir avec leurs bottes. »

L’Europe a un téléphone : celui de Solana

Celui qui est le « diplomate en chef de l’Union » a donné un peu de voix et d’âme à la politique étrangère européenne. Bien sûr cela n’a pas été avec tambours et trompettes. Et à l’intérieur de l’Union européenne, on peut trouver le personnage un peu mou, pas assez tonitruant. D’une certaine façon, on pourrait dire « heureusement ». Car c’est ce qui a permis au nouveau poste qu’il a créé, d’exister d’abord, et de se développer ensuite. A l’extérieur de l’UE, en revanche, il n’y a pas de doute. En Iran, au Moyen-Orient particulièrement, en Afrique également (avec son alter ego à la Commission européenne, Louis Michel, chargé du Développement), dans le Caucase ou les Balkans, l’Europe a bien « un téléphone » : celui de Solana.

Depuis presque dix ans, il n’a cessé de voyager dans tous les pays, de rappeler, discrètement, les « 15 » puis les « 25 » et les « 27 » à leurs devoirs. Et petit à petit se forge non pas une vision unique mais ce qu’on pourrait appeler « une communauté d’approches » malgré des histoires différentes. Quand on connait peu Solana, on peut se laisser abuser par son air inoffensif, voire confus, et trouver son rôle insignifiant. C’est la première impression qu’il m’a donné. Et comme d’autres, je m’y suis laissé abusé, restant sur cette première impression durant plusieurs années.

Depuis que je couvre de plus près la politique de défense (PESD), j’ai eu l’occasion de le côtoyer à plusieurs reprises et mieux le découvrir. Et ses phrases (paraissant) incompréhensibles, ses hésitations ou ses silences veulent parfois davantage dire que des discours. Et, puis, ce n’est pas le genre à se vanter publiquement d’un accord ou d’un succès auquel il n’a pas contribué. Même quand il y a contribué, il reste très discret (lire son portrait).

On pourra voir toute la place qu’il occupe, quand il quittera ses fonctions, fin octobre. Enfin… fin octobre. Un peu plus peut-être, pour cause de Traité de Lisbonne, un peu retardé dans la ratification, ou de brouillage dans les nominations des commissaires pour la nouvelle  Commission (lire le premier ratage de Barroso II).

Et quelques souvenirs

L’entretien avec ABC est un exercice personnel, assez intimiste. Ce qui a le plus impressionné Solana ? « Le roi Hussein de Jordanie. Un homme d’une grande dignité, d’une grande intelligence et avec un style personnel« . Et quelques moments : « un voyage sur le fleuve  Congo, avec le Président Kabila, dans un petit bateau près de la misère, avec une bonne atmosphère qui a fait rédiger deux ou trois
articles de la Constitution, pour les élections au Congo. Ou à la mort d’Arafat, il était le seul étranger à partager avec ses amis le soir de l’enterrement. De longues discussions avec les Pachtounes, après l’assassinat de Bhutto …
«  Et si d’ici la fin de son mandat (fin octobre), il peut négocier un « processus de paix« , il serait le plus heureux des hommes du monde.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.

Inscrivez-vous à notre newsletter