Actu BlogAide humanitaireProtection Civile

Karel de Gucht, nouveau commissaire à l’aide humanitaire et au développement

(BRUXELLES2) L’actuel ministre belge des Affaires étrangères, Karel de Gucht (VLD, libéral flamand) devrait remplacer Louis Michel au poste de commissaire chargé du Développement et de l’Aide humanitaire. Ce dernier a, en effet, été élu au Parlement européen en juin dernier et a l’intention (du moins pour le moment) de venir siéger. Selon la configuration gouvernementale belge, ce poste avait été réservé à un Libéral, flamand. Du moins dans la configuration de la prochaine Commission. Cette venue anticiperait donc de quelques mois cette décision.


Un budget important. Ce poste est important pour l’approche globale de la politique étrangère européenne et de la PESD. Car c’est, en général, le budget “développement” ou “aide humanitaire” gérés par la Commission euroépenne qui finance les volets civils d’une opération. Par exemple, au Tchad pour les opérations humanitaires qui ont accompagné l’opération EUFOR ou en Somalie actuellement pour le financement de l’aide du PAM.
NB : L’autre grand pourvoyeur de financement au sein de la Commission étant la DG Relex au travers notamment de l’Instrument de stabilité.

Quelques mots sur Karel de Gucht. Né en 1954, à Overmere (Flandre), diplômé en droit de la VUB (l’université libre de Bruxelles – partie flamande), il a été chargé de cours en droit européen, avocat, mais surtout homme politique. Président des étudiants libéraux flamands, puis des jeunes libéraux flamands, il devient président du VLD de 1999 à 2004. Où il cède la place à son “rival” Guy Verhofstadt, qui reprend la main du parti après un litige autour du vote des immigrés aux Communales. Député européen (1980-1994), membre du Sénat belge  (1994-1995), puis député au parlement flamand (1995-2003), il devient ministre des Affaires étrangères à partir du 18 juillet 2004, relayant un autre “grand européen”, Louis Michel… parti à la Commission européenne. Il y a donc tout juste 5 ans. Le chassé croisé continue donc.

Des idées bien arrêtées. A la tête de la diplomatie belge, Karel De Gucht s’est fait remarqué par plusieurs déclarations abruptes et passes d’armes avec le dirigeant congolais, Joseph Kabila, remettant en cause sa capacité à gérer le pays. Ce qui a entraîné un léger “froid” entre la Belgique et son ancienne colonie africaine. Fin 2008, il s’était notamment battu au sein des 27 – avec la France ou la Finlande – pour que l’UE dépêche à l’est du Congo, un groupe d’intervention rapide, face à la montée des violences et la relative impuissance de la Monuc (lire ici). On ne peut que regretter qu’il n’ait pas été suivi quand on voit que les violences continuent et l’exode des populations. Assurément le personnage est intéressant. Et il a des idées bien arrêtées sur certains sujets. Et n’hésite pas à le proclamer. Au risque de faire des étincelles à la Commission d’autant qu’il ne porte pas le président Barroso au plus près de son coeur…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).