B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Actu BlogAfrique Est

En Somalie, “quasiment des crimes de guerre et crimes contre l’humanité”


(BRUXELLES2) Lors de sa rencontre avec Javier Solana, le diplomate en chef de l'UE, le 10 juillet, le représentant spécial de l'ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould Abdallah (1), n'a pas eu de mots assez durs pour qualifier la situation en Somalie.
« Il faut arrêter de tuer des innocents et faire des victimes dans la population. La situation humanitaire est catastrophique, pire que jamais. Ce qui se fait en Somalie est inadmissible, ce sont quasiment des crimes de guerre et crimes contre l’humanité. »

"L'Union Africaine n'acceptera jamais qu'ils arrivent au pouvoir". Le représentant spécial a appelé les "rebelles" à la raison, au dialogue, et expliqué que la communauté internationale ne cèdera pas. « D’un côté, nous avons un gouvernement accepté par la population, reconnu par la région et communauté internationale et, de l’autre, des gens déterminés à utiliser tous les moyens, sauf la discussion, à utiliser la force pour arriver au pouvoir alors qu’ils savent que ce n’est pas une façon acceptée ni par l’Union Africaine, ni par les Nations-Unies, ni par l’Union Européenne. Ils veulent donc plus de chaos. L’Union Africaine n’acceptera jamais qu’ils arrivent au pouvoir. C’est un danger pour le pays, pour l’Afrique. Il faut bien qu’il se mettent à la raison et discutent avec leurs frères au gouvernement. »

Atalanta utile pour l'économie somalienne. Il a également salué le travail d'Atalanta, par pour les raisons que l'on connait  (l'araisonnement de bateaux par les pirates) mais pour des raisons tenant à l'économie somalienne (un autre aspect souvent peu visible de l'effet de la piraterie). « Une des meilleures initiatives (dans la région) est l’opération Atalanta, c’est une manifestation de solidarité avec les Somaliens, les peuples de la région. Car la piraterie accroit le prix des denrées des pauvres, accroit l’instabilité financière dans la région en donnant des moyens énormes à des gens anonymes qui achètent, vendent, et déstabilisent. (...) C'est un grand succès militaire et diplomatique. »

-- NGV --

(1) Ould Abdallah n'est pas pas un inconnu à Bruxelles. Il a été représentant de son pays (la Mauritanie) auprès des CE dans les années 1970.

Crédit photo : Commission euroépenne, Ould Abdallah à la conférence internationale sur la Somalie en avril 2009.

 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®