Quatre blessés somaliens remis au Puntland par un aviso français


(B2) L’Aviso « commandant Bouan » – partie de la flotte européenne Atalanta – a remis, dimanche matin, aux autorités du Puntland les 4 blessés somaliens qu’elle avait récupérés en mer rouge dans un petit skiff, le 28 mai, après l’attaque du MV Maud et l’intervention d’une frégate indienne. Les deux survivants avaient été remis lundi dernier ainsi que les corps des deux autres marins décédés.

Même s’il y a de fortes présomptions que ces marins soient pirates, blessés par la marine indienne, au QG d’Atalanta, on entend rester le plus flou possible : « il n’existe pas de preuve qu’ils aient participé ou non à l’attaque pirate. (Et) Selon les conventions internationales (Convention Solas), les capitaines de navires ont l’obligation de venir en aide aux navires en détresse« . Les « naufragés ont expliqué qu’ils étaient citoyens du Puntland au Nord de la Somalie« . C’est pour cela que les marins survivants et les corps ont été amenés à Bossasso et « remis aux
gardes-côtes du Puntland
« .

Commentaire : C’est la première fois – en tant que flotte Atalanta – que des hommes sont remis aux autorités du Puntland. Dans les cas précédents, les bateaux (français toujours) reprenaient leur pavillon national le temps de la la livraison. Il est vrai que là il s’agit d’une opération de « sauvetage ». Et d’une sorte de « raccompagnement à domicile » en avertissant la police du quartier, en fait les gardes-côtes du Puntland. Et non d’une livraison de suspects à des forces de police d’un Etat semi-autonome, non reconnu et avec lequel l’UE n’a signé aucun accord. L’honneur est donc sauf ! Après ce qu’en font les autorités du Puntland, c’est une autre histoire, qui ne regarde que les citoyens de cet Etat…

Summary : Sunday morning four sailors from Somalia, having been previously picked up from a distress situation, were safely brought back to their home country by a French Eunavfor warship, Commandant Bouan. « Ten days ago, on Thursday, May 28th 2009, eight Somali sailors were found in a small boat with no functioning engine in the Gulf of Aden. Two of them were dead, four others were injured and two were unhurt. They were found by the French Eunavfor Atalanta ship Commandant Bouan. There was no evidence found on the question whether these Somali people were involved in this piracy incident or not. So there were recovered by the French warship in accordance with the International Convention for the Safety of Life at Sea (SOLAS) obligating masters of all vessels to provide help to those in distress. The castaways explained to the warship’s crew to be citizens from Puntland in the North of Somalia. So the two unhurt sailors and also the two dead bodies had been brought back to Boosaaso and handed over to the Puntland Coast Guard already last Monday. »

(Crédit photo : Dicod/armée française – le Commandant Bouan à quai à Djibouti)

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).