Un concept d’opérations spéciales pour l’UE

(B2) Rien n’échappe à la vigilance des officiers de l’Etat-Major européen. Ils ont ainsi conçu un concept (top secret) sur les opérations spéciales. Rassurez-vous ! Il ne s’agit pas d’avoir des forces d’intervention spéciales européennes, partant du garage du Justus Lipsius, prêts à se projeter en n’importe quel point chaud de la planète pour faire face à une crise. Mais plutôt de définir en quoi les forces spéciales de divers Etats membres peuvent concourir à une mission européenne de défense. Plusieurs besoins ont ainsi été précisés. Premier besoin cerné : « la reconnaissance et l’intelligence ». Les forces spéciales sont en quelque sorte la « force d’entrée en premier » idéale, autonome, discrète, complète. Second besoin : « l’extraction ». Ce n’est pas une théorie (cf. l’opération d’évacuation au Tchad). En cas d’opération d’évacuation de civils (Non-combatant Evacuation Operations ou NEO). Il faut bien aller rechercher les citoyens dans des lieux pour le moins anachroniques. Enfin il reste aussi les missions plus classiques d’intervention en cas d’otages, etc.

(mise à jour) Ce concept a été endossé par les ministres de la Défense lors de la réunion “Jumbo” du 18 mai 2009

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).