Nouvelle bavure indienne au large du Golfe d’Aden ?

(BRUXELLES2) Est-ce une nouvelle bavure de la marine indienne ? En tout cas, certains faits le laissent sous-entendre. Un vraquier norvégien, battant pavillon libérien, le MV Maud, a été attaqué, jeudi matin, dans le Golfe d’Aden (à 225 miles à l’est d’Aden) par des pirates. Il a poussé un appel de détresse. Et si le flou demeure sur certaines circonstances, il y a désormais confirmation par la marine indienne. C’est bien une frégate indienne, le INS Talwar, qui est intervenue (NB : une partie de l’équipage du MV Maud est indien) ; et a simplement écarté la menace en faisant feu sur le skiff suspect. Au bilan : deux morts !

Coté indien

On explique que la frégate escortait trois navires marchands quand elle a reçu l’alerte. Elle a aussitôt envoyé son hélicoptère de combat Chetak et un RHIB, puis donné instructions au navire marchand d’accélérer l’allure et de faire une série de manoeuvres d’évitement. Mais les pirates avaient déjà lancé l’abordage par l’arrière du bateau quand l’hélicoptère est arrivé sur place. L’hélicoptère indien a alors ouvert le feu à l’aide de son canon de 7.62. Et deux pirates sont tombés à l’eau. Le RHIB est alors arrivé à hauteur du skiff pirates, a arrêté les six pirates restants. A bord, il a découvert les traditionnels AK47, lanceurs de grenades et un dispositif GPS. Les commandos ont aussi mis la main sur un lance-roquette Katyusha. Arme plutôt inhabituelle entre les mains des pirates, car assez longue, elle est davantage destinée à un usage terrestre. Les armes ont été saisies, l’essence du navire vidée… Et la frégate indienne a – tranquillement – poursuivi sa route et sa
mission d’escorte
! (lire le récit dans Indian Today)

Coté européen, la version est légèrement différente

Alertée, et sur demande du Quartier-général, un des navires d’EUNAVFOR Atalanta, une frégate française, arrive sur les lieux. Aux fins « d’enquête » précise-t-on au Quartier général d’Atalanta. Elle a effectivement découvert, à proximité des lieux, un skiff (dont on a tout lieu de penser qu’il pourrait être ce skiff de pirates), à bord duquel, ont été trouvés 8 personnes : 2 morts, 4 blessés et 2 saines et sauves. Les personnes, qui ne sont « pas qualifiées de suspectes » par Atalanta – aucune arme ni instrument suspect n’ont été retrouvés à bord – ont été « prises en charge à bord, sont soignées par le médecin du bord et seront amenées dans un centre médical dès que possible ». Toute la question est de déterminer quel pays pourra accueillir les 6 rescapés et où enterrer les 2 décédés.

(mise à jour : vendredi 17h20 et lundi 1er juin) : les corps des deux personnes tuées et les deux survivants ont été remis aux autorités du Puntland, le lundi 1er juin au matin.

Lire aussi : Une « bavure » indienne au large de la Somalie ?

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).