Premiers noms du prochain gouvernement tchèque

(B2)Le Premier ministre désigné pour prendre la suite de Mirek Topolanek, démissionnaire après une motion de censure, Jan Fischer, actuel directeur de l’Office Statistique, doit présenter à Vaclav Klaus le président de la République, une première liste de ses ministres, ce vendredi 24 avril. Ce gouvernement tchèque – qui aura la rude charge d’assurer la présidence de l’UE jusqu’au 30 juin – ressemble davantage à un gouvernement transitoire de coalition qu’à un directoire de techniciens. Tous les candidats pressentis ont, en effet, été choisis par les deux principaux partis du pays : les Chrétiens-démocrates (ODS) du Premier ministre démissionnaire Mirek Topolanek et les Socio-démocrates (CSSD) de Jiri Paroubek, ainsi que les Verts. Nombre d’entre eux ont occupé des fonctions politiques de premier ou second plan dans le gouvernement actuel ou dans le passé (ministériel ou haute fonction publique) et sont souvent membres d’un de ces partis. Ils ont un avantage supplémentaire sur leurs précédesseurs, ils affichent une parfaite connaissance des dossiers. Ce qui leur permettra d’être immédiatement opérationnel. L’entrée en fonction des nouveaux ministres est prévue le 9 mai. Le dernier acte du gouvernement démissionnaire Topolanek pourrait être le vote par le Sénat de la loi ratifiant le Traité de Lisbonne (condition posée par le CSSD à son soutien au gouvernement transitoire).

Trio politique et diplomatique aux relations extérieures
Aux Affaires étrangères, est pressenti Jan Kohout (CSSD). Un diplomate expérimenté, fin connaisseur des affaires européennes, puisqu’il a été membre de la Convention européenne et le premier ambassadeur tchèque auprès de l’UE après l’adhésion de son pays (2004 à 2007). Il s’était distingué en 2005 pour avoir refusé la charge de Premier ministre. Il avait été débarqué de son poste d’ambassadeur à Bruxelles en 2008 pour céder la place à un diplomate plus proche de l’ODS. Il est actuellement vice-ministre des Affaires étrangères, chargé de la coopération et de l’aide humanitaire.
Aux Affaires européennes, deux noms circulent pour remplacer Vladimir Vondra: l’actuel ambassadeur tchèque auprès de l’OTAN, Stefan Füle (proposé par le CSSD). Diplomate de carrière, il a aussi occupé le poste de premier vice-ministre de la Défense dans le gouvernement social démocrate (2001-2002). Le nom de Marek Mora, actuel Secrétaire d’État au ministère des affaires européennes, a également été cité. Diplômé des universités de Prague et de Hambourg, ancien fonctionnaire de la Commission européenne (DG Ecfin, après un stage à la DG Budget), et ancien vice-ministre au Ministère de l’Education.
A la Défense, c’est l’actuel vice-ministre, Martin Bartak (ODS) qui serait nommé. Neurochirurgien de profession, il est le spécialiste des questions de défense et de sécurité de son parti.

Autres postes ministériels
• Justice, Daniela Kovarova (ODS, directeur de l’Académie judiciaire) ;
• Intérieur, Martin Pecina (CSSD, directeur de l’Office anti-monopoles) ;
• Finances, Tomas Uvira (ODS, directeur au ministère des Finances pour la gestion des actifs) ;
• Travail et Affaires sociales, Petr Simerska (CSSD, ancien vice-ministre du Travail durant plusieurs années) ;
• Santé, Dana Juraskova (ODS, directeur de l’hôpital universitaire général de Prague) ;
• Agriculture, Jakub Sebesta (CSSD, directeur de l’Autorité de surveillance de l’Alimentation et de
l’Agriculture)
• Environnement, Ladislav Miko (directeur de la protection naturelle à la DG Environnement de la Commission européenne)
• Aménagement du territoire, Rostilav Vondruska (CSSD, directeur de l’agence Tchèque du Tourisme) ;
• Industrie et commerce, Ivo Pegrimek (CSSD, directeur de l’Administration des Mines) ;
• Transports, Gustav Slamecka (ODS, vice-ministre des Transports) ;
• Education, Jeunesse et Sports, Jakub Dürr (Verts, vice-ministre de l’Education) ou Miroslava Kopicova (proposée par l’ODS, ancien membre du premier cabinet de Topolanek)
• Culture, Horymir Kubicek (proposé par l’ODS, directeur du musée technique national) ou Marta Smolikova (Verts, expert de gestion culturelle).

 (NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).