Le Japon envoie 2 avions de patrouille maritime à Djibouti

(B2) Le Japon se veut décidement engagé dans l’opération internationale de lutte anti-piraterie au large de la Somalie. Après avoir envoyé deux destroyers, le Sazanomi (voir photo) et le Samidare – dotés chacun de deux hélicoptères et d’environ 200 hommes d’équipage -, les forces d’auto-défense vont s’adjoindre deux avions de patrouille maritime P-3C Orion, qui devraient être à pied d’oeuvre d’ici le mois de mai. Ce qui répond à une préoccupation exprimée par plusieurs responsables de l’opération, soulignant que pour mieux assurer la sécurité sur la zone, ce sont essentiellement les avions qui sont nécessaires (lire “manque d’effectifs aériens).



L’équipage du Sazanomi au grand complet, lors de la présentation aux autorités djiboutiennes © NGV

Ces appareils devraient être basés à l’aéroport militaire de Djibouti aux cotés des avions espagnol (P3 Orion) et français (Bréguet Atlantic 2) – déjà engagés l’un dans l’opération Eunavfor Atalanta, l’autre au titre de la présence des forces françaises et (occasionnellement) d’Eunavfor. Environ 150 hommes y seront affectés pour assurer la permanence opérationnelle et la maintenance des avions de patrouille. Le ministre japonais de la Défense, Yasukazu Hamada, se défend de tout engagement au-delà des limites constitutionnelles du pays – qui reste astreint à une certaine neutralisation de ses forces. Il
s’agit – souligne-t-il – de “faire de notre mieux pour fournir une protection aux navires liés à notre pays contre la piraterie”. Les forces japonaises disposent d’environ 110 avions de ce type, construits sous licence dans les usines nippones de Kawasaki. 

Signalons également qu’un (ou plusieurs) accord(s) technique(s), pour la fourniture de prestations de ravitaillement, pourrait être signé entre le Japon et certains Etats européens (comme l’Allemagne notamment pour l’approvisionnement en eau).

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).