Solana demande à l’Agence de défense de mieux coopérer avec les USA

(B2) Première conséquence du changement d’administration aux USA et des premières visites américaines  sur le continent (la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton la semaine dernière, le vice-président Biden aujourd’hui), Javier Solana va demander à l’Agence européenne de défense (EDA) – qu’il préside – « d’établir un dialogue substantiel avec les USA pour explorer concrètement les opportunités du partenariat transatlantique ». « La sécurité américaine et européenne ne pourra gagner seulement s’il y a une coopération étroite » devrait-il ajouter, dans quelques heures, en s’exprimant à l’occasion de la conférence « hélicoptères », organisée par l’EDA à Bruxelles, le 10 mars.

La défense n’échappe pas à l’intégration. Au plan européen, le Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE veut aussi réaffirmer sa croyance en la défense européenne. « La défense ne peut rester en dehors du processus européen d’intégration. C’est politiquement désirable et économiquement nécessaire ». « La coopération de la défense européenne est la réponse à la fragmentation et la duplication des efforts en Europe » a-t-il ajouté.

Les hélicoptères, moyen privilégié d’intervention. L’exemple des hélicoptères est particulièrement patent du décalage qui existe entre les moyens disponibles sur le papier et ceux réellement opérationnels. « On compte environ 1700 hélicoptères pour la totalité des pays membres de l’Union Européenne. Mais nous avons encore un déficit significatif de leur disponibilité », a souligné Javier Solana. Et « Le problème principal est qu’ils ne sont pas déployables en nombre suffisant hors d’Europe ». Or l’hélicoptère reste un moyen très appréciable dans toutes les opérations de maintien de la paix ou de sécurisation que mène l’UE. Et, parfois même, le seul moyen d’intervention. En Afrique, il est le seul instrument qui permet un déplacement rapide en saison de pluie. Il a, par exemple, permis d’acheminer des responsables du HCR après l’afflux de réfugiés en république centrafricaine. Dans le Golfe d’Aden, c’est l’hélicoptère qui, seul, permet d’arriver rapidement sur place et de stopper l’attaque de pirates.

Une coopération Otan-UE. Dans ce contexte, le Haut représentant a tenu à saluer l’initiative exemplaire entamée par l’Agence européenne de défense, à l’initiative de la France et du Royaume-Uni. Ce travail est mené conjointement par l’OTAN et l’UE s’est-il félicité. « L’Otan se concentre sur les besoins immédiats pour l’Afghanistan, l’Agence européenne de défense travaille sur des solutions structurelles à plus long terme » : programme d’entraînement des pilotes, étude des options pour mettre à jour les hélicoptères de type Mi, de fabrication russe que possèdent de nombreux Etats est-européens. Un entraînement de pilotes tchèques, polonais, hongrois a lieu actuellement à Gap avec le même objectif que celui en septembre dernier avec les pilotes tchèques.

Pour télécharger le discours.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).