Hillary reçue à bras ouverts à dîner par les Européens

(B2) La vedette du dîner « transatlantique » – réunissant les ministres des Affaires étrangères de l’UE et de l’OTAN (*) – était incontestablement Hillary Clinton. Celle-ci, vêtue de blanc (c’est important, le look, pour les images), est arrivée une bonne-demi heure en retard. Résultat, la bilatérale prévue avec le ministre Belge a été annulé. Et le dîner a démarré illico. «Une discussion très riche» a confié le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht à quelques journalistes en fin de dîner. «Tout le monde a vraiment été impressionné par la connaissance de tous ces dossiers de la nouvelle Ministre des affaires étrangères américaine.» Mais surtout, c’est le changement de ton entre européens et Américains qui a frappé. «Nous avons des nuances, évidemment entre nous, explicables par nos passés historiques différents. Mais il y a une convergence considérablement plus grande qu’il y a six mois» a-t-il expliqué. Et résumant le sentiment général : «Nous avons vraiment une analyse commune de ce qui se passe au Moyen-Orient. On sent une volonté de s’engager très vite, dès le début de la législature, sur le conflit au Moyen-Orient

Sur la Russie, la position de la nouvelle administration est plus ouverte. Le Conseil atlantique devrait ainsi dégager jeudi – lors de sa réunion formelle – une majorité pour reprendre les discussions entre l’Otan et la Russie « sans illusion ». Mais en ayant conscience de la nécessité de devoir faire çà ». Il y a une «volonté de travailler avec la Russie sur base d’intérêts communs». « C’est une évidence qu’il faut s’engager avec la Russie. C’est une force mondiale avec qui il faut tenir compte. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut être naïf ou qu’il n’y aura pas de problème.» (Pour compenser cette ouverture, des commissions Otan-Géorgie et Otan-Ukraine sont prévues ce jeudi).

Quant à l’Afghanistan – Pakistan, «Nous avons une idée partagée des facettes du même problème».  Et d’ajouter un sentiment plus personnel : «Mettre le Pakistan et l’Afghanistan sur le même plan n’est pas possible. Il y a une grande différence entre le Pakistan qui est une force nucléaire, a une élite plus grande, urbaine, alors que l’Afghanistan est resté médiéval dans ses structures». Mais, lors de ce dîner, il n’a «pas été question d’une stratégie de sortie», assure le ministre Belge. « C’est très prématuré de parler de çà. Quand on va sur le terrain, les militaires qu’on rencontre nous disent: « On est là pour une génération », c’est peut-être un peu exagéré. Mais, à un stade du conflit, ce n’est pas de cela qu’on discute. On voit comment avancer, et quelle stratégie pour avoir des résultats. Discussion n’est pas de concevoir une stratégie de sortie.»

(*) NB: Ce dîner informel est une tradition des réunions des Ministres des Affaires étrangères de l’OTAN. La veille de la réunion officielle, un dîner réunit au Palais d’Egmont, en général, la résidence prestigieuse de la diplomatie belge, tous les ministres à la fois de l’UE et de l’OTAN (avec présence des secrétaires généraux de l’UE et de l’OTAN, respectivement Javier Solana et Jaap de Hoop Scheffer, et la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner). Un moment d’échange, en général, bienvenu pour permettre à chacun de préparer la réunion du lendemain.

NB : Tous les Etats étaient représentés au niveau ministériel, mercredi soir… sauf quatre pays représentés par leur ambassadeur : Chypre, l’Irlande (Ces deux pays ont un rapport particulier avec l’OTAN), l’Islande (le gouvernement ne compte pas de ministre de la Défense) … et la France !. Apparemment Bernard Kouchner attend la pleine réintégration de l’OTAN -:)). Plaisanterie mise à part, le ministre français goûte peu ce genre de repas… Dommage !

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).