On vous protège si vous n’avez pas de pavillon de complaisance

(B2) C’est le mot d’ordre à Berlin, comme le détaille notre collègue Wiegold de Focus sur son blog. Aux armateurs de bateaux de tourisme qui demandaient la protection de leurs navires par la marine allemande, le ministre a répondu : Oui … si vous battez le pavillon national. Une position qui n’est pas illogique. De nombreux armateurs ont choisi de se mettre sous un pavillon d’un pays tiers (Bahamas…, souvent de complaisance, pour se dispenser de payer certaines charges à l’Etat. Le gouvernement en tire les conséquences.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).