L’armée polonaise priée de se serrer la ceinture face à la crise

(BRUXELLES2) C’est la crise partout. En Pologne aussi. Et l’armée pourrait contribuer à l’effort général d’économie bugétaire (décision ce lundi). Le budget de la défense devrait ainsi, cette année, n’atteindre que 1,67% du PIB, selon des indiscrétions publiées par Gazeta Wyborcza, au lieu de 1,95% comme le garantit la loi de 2001 sur la modernisation des forces armées.

Le vice-ministre de la Défense, Stanislaw Komorowski, n’a pas voulu confirmé l’ampleur de l’économie. Mais il a reconnu que l’objectif ne sera pas tenu. Ou, plus exactement, car les spécialistes du budget sont astucieux : officiellement le chiffre de 1,95% reste inchangé… dans la prévision budgétaire. Mais, dans l’exécution, on ne dépense pas tout… Objectif : trouver des économies d’un montant d’environ 5 milliards de zlotys (sur un effort général d’économie se monte à 17 milliards et un budget de la défense de 25,3 milliards de zlotys).

Coupes sévères dans les programmes d’équipement ou les missions à
l’étranger ?

Certains projets d’achat d’équipement pourraient donc être revus. Des programmes tels que celui de la construction de la corvette « Gawron » – variante polonaise du Meko A-100 allemand, ce programme entamé en 2001, repoussé à plusieurs reprises, s’est avéré très couteux – pourrait être touché en premier. Mais également l’équipement en blindés de transport de troupes « Rosomak » (dérivé du Patria finlandais fabriqué sous licence), l’avion de transport « Bryza », ainsi que les livraisons de matériel pour l’unité missiles de la côte ou la modernisation des bases aériennes.

Autre facteur possible d’économie : les effectifs de certaines missions extérieures seraient abaissés. La réduction concernerait plutôt les Balkans ou le Proche-Orient, voire le Tchad, a précisé Stanislaw Komorowski. Mais “pas la mission en Afghanistan” qui resterait inchangée. Même le budget de 10 millions pour l’organisation du Conseil des ministres de la Défense de l’Otan à Cracovie en février pourrait être touché en rognant sur certaines dépenses comme les locations de limousines

(photo : projet de Corvette Gaworn, marine polonaise)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.