Une vingtaine de navires accompagnés par la « Royale »

Accompagnement par la frégate Jean De Vienne de navires marchands (Marine nationale)

(B2)Le lancement de l’opération militaire EU NAVFOR Somalie « Atalanta » a signfié également la fin des activités menées par la cellule EU NAVCO. La cellule de coordination des activités européennes de protection des navires sensibles dans le golfe d’Aden. A cette occasion, la marine française a dressé le bilan de ces activités.

En coordination européenne, la France a assuré l’accompagnement d’une vingtaine de navires de commerce sur le transit du golfe d’Aden – la plupart étant sur d’autres pavillons que le pavillon français. Ces accompagnements sont fixés par le commandement français dans l’Océan indien (ALINDIEN) et assurés par différents bâtiments.

L’aviso Commandant Birot a ainsi assuré une première mission d’accompagnement du 15 au 18 septembre avec un pétrolier français, l’Algavre. Mais d’autres batiments déployés en océan Indien (la plupart basés à Djibouti de façon temporaire) ont assuré les autres missions :
– du 12 au 14 octobre : le navire de commerce sous armement allemand, le Yangtze River sur le transit Ouest-Est
– du 15 au 17 octobre : le navire battant pavillon maltais, le MV Intrepid
– les 28 et 29 octobre : les navires Seahorse (pavillon Pays-Bas, armateur belge) et Neptune (pavillon Norvégien, armateur néerlandais), sur le transit Ouest-Est
– les 30 et 31 octobre : le navire New Century (pavillon des Iles Marshall, affrété par Total)
– les 21 et 22 novembre : le tanker Hellespont Credo (pavillon allemand) et le vraquier Pacific Chief (pavillon Antigua & Barbuda, armateur allemand)
– les 22 et 23 novembre, l’Eclipse (Compagnie maritime nantaise, affrété MINDEF)
– les 25 et 26 novembre : le navire Alizé (armateur Louis Dreyfus), et le navire de croisière Seabourn Spirit (armateur : Seabourn Cruise Line, pavillon Bahamas, 200 passagers dont 6 Français à bord)
– les 27 et 28 novembre : le vraquier Senorita (pavillon norvégien)
– les 5 et 6 décembre : le Ponant (*), le Kronos (armateur grec) et le Pelagia (armateur néerlandais).

Les frégates Jean de Vienne, Nivôse et le Ponant amarrés côte à côte à Djibouti (Marine nationale)

(NGV)

(*) Le Ponant est un vieux client de la marine française dans l’Océan indien. On se souvient que c’est ce bateau (pavillon français des Kerguelen) qui avait été attaqué début avril par les pirates, et suscité une intervention rapide et décisive des commandos marine, après remise d’une rançon et libération des otages et du bateau, jusqu’à terre pour récupérer une partie de la rançon et arrêter six pirates, transférés à… Paris, pour être inculpés. Le récit de cette intervention imagée en BD (ici)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).