Actu BlogPiraterie maritime

“On va mettre la pression sur les pirates”, Contre-Amiral Labonne

Crédit photo : Conseil de l’UE

(B2)Adjoint à l’Amiral commandant la force d’action navale française, le contre-amiral Labonne sera plus souvent de l’autre côté de la Manche ces six prochains mois qu’à Brest, sa base habituelle. Il a, en effet, été nommé commandant en second aux cotés du vice-amiral Britannique, Philip Jones, à la tête de l’opération militaire contre les pirates dans le Golfe d’Aden ( EU NAVFOR ou « Atalanta »), dont le quartier général est à Northwood, près de Londres.

Second ? « Vous savez c’est comme dans un bateau. C’est comme dans un bateau – précise Jean-Pierre Labonne. « Il est le pacha. Mais nous sommes interchangeables. Nous travaillons sur les mêmes dossiers tout le temps. Et je peux le relayer si nécessaire. » Une nécessité car l’opération Atalanta fonctionne 24h/24, 7 jours sur 7 et l’action des pirates impose une vigilance de tous les instants.

Les pirates ? « Ils (les pirates) sont très forts. C’est assez bluffant. » explique l’amiral. « Ce sont des gens entraînés, déterminés et qui perfectionnent, en permanence, leur mode d’action. De vrais marins qui n’ont pas froid aux yeux. » Il faut donc être « très réactif, s’adapter en permanence, tirer le maximum de tous les moyens que nous aurons. Bateaux, avions, hélicoptères… » Certes avec six bateaux, en moyenne, sur une aussi vaste zone, « Atalanta » ne va « pas résoudre par miracle la piraterie en quelques jours. Mais on va mettre la pression, les perturber, avoir un effet dissuasif » est persuadé l’amiral.

La mission « est passionnante ». « C’est la première opération navale de l’Union européenne. Et ce côté “première fois”, est enthousiasmant » commente J.-P. Labonne, l’œil pétillant. En plus, comme « on sent une vraie volonté européenne, politique et européenne, d’avancer ensemble, cela facilite les choses ». L’intégration à Northwood parmi les Britanniques a d’ailleurs été très rapide. « Nous parlons tous anglais. Et dans la marine, nous sommes déjà habitués à travailler ensemble. » Labonne n’est pas le seul Français parmi les 90 personnes du quartier-général. Il a d’ailleurs « emmené plusieurs officiers de Brest ».

(NGV)

(une première version de cet article est parue dans Ouest-France)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).