Gén. Gaye (MONUC): oui à la Force multinationale. Que peut faire l’UE?


(B2)Dans une interview publiée sur le site de la MONUC, le général Gaye précise trois points qui me semblent importants :

1) Oui l’arrivée de troupes multinationales est bienvenue (sous entendu une force européenne autonome). « Si la présence des forces multinationales est un signe de l’engagement supplémentaire de la communauté internationale, c’est extrêmement positif. Il est clair que si les forces multinationales peuvent très rapidement venir et servir de force intérimaire avant l’arrivée du renforcement des troupes de la MONUC, c’est également très positif. Si les forces multinationales peuvent venir avec un mandat qui leur permet d’opérer en parfaite coordination avec la MONUC et si leur présence contribue à stabiliser la situation, elles sont les bienvenues. »

Et le général Gaye de détailler également les besoins précis auxquels doit faire la MONUC et qui pourrait servir de ligne directrice pour une intervention a minima des Européens :

• le problème d’infrastructure est une « une première contrainte et un premier défi ». Le Nord Kivu n’a pas beaucoup d’aéroports. « Or il faut toujours des aérodromes puisqu’il n’y a pas toujours l’accessibilité par la route. Par exemple, la route qui va actuellement de Goma à Mushake n’est plus utilisable du fait des pluies malgré tout le travail qui a été fait par la compagnie sud-africaine de génie ».

• la mobilité. « Il faut pouvoir être présent, choisir des positions à partir desquelles on peut rapidement intervenir là où il faut remplir la mission de protection des populations. C’est clair que ces troupes sont les bienvenues, surtout qu’il est prévu qu’elles soient accompagnées d’une certaine mobilité aérienne, et de ce point de vue je pense que cela apportera beaucoup à nos troupes qui sont au Nord Kivu ».

 (NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).