Armes à sous-munitions: la Finlande ne signera pas le traité d’Oslo

(B2)Le gouvernement finlandais – en accord avec la présidente de la république (la Finlande vit en cohabition) – a décidé. La Finlande ne signera pas le traité d’Oslo qui prévoit l’interdiction des bombes à sous-munitions, en décembre 2008. Cette position sera réexaminée « lorsque les études sur la capacité des forces armées finlandaises auront été réalisées ainsi que sur l’existence, la disponibilité et le coût de systèmes alternatifs ». Explication : l’armée finlandaise a fait de cette arme un instrument de la défense du territoire (détails dans le précédent article).

Le gouvernement finlandais – cependant – n’est pas avare de contradictions : il soutient « l’universalité » et les objectifs du Traité et participera à la mise en place du traité d’Oslo par le biais de son action de déminage humanitaire. Elle a au moins l’avantage de la franchise. De nombreux Etats signent le Traité sans en avoir l’intention de l’appliquer.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).