La Commission va lancer une étude sur les liens piraterie-terrorisme

(B2)La Commission européenne va lancer une étude sur la piraterie au large de la Somalie. L’objectif est de saisir les origines, les motivations, les circuits financiers et les ramifications de la piraterie. Notamment pour savoir s’il y a vraiment un lien avec les terroristes comme les Américains le supposent, d’autres mouvements rebelles ou si c’est davantage une affaire de crime organisé. Voire les trois à la fois. Les résultats devraient être connus l’année prochaine. Ceci s’inscrit dans une action plus large visant à lutter contre la piraterie sur les mers du globe. Un programme indicatif de travail devrait être prêt d’ici la fin de l’année, pour trouver des solutions sur les « routes critiques maritimes ».

Mais la coordination de l’action « piraterie » au sein de la Commission européenne semble difficile. Une première réunion « interservices » a bien été organisée, fin septembre, pour examiner quelles actions pourraient être lancées au sein de la Commission et avoir un « message cohérent » vis-à-vis des organisations internationales. Participaient à la réunion des représentants de la DG MARE (pêche et politique maritime), TREN (transports), JLS (justice), RELEX(affaires extérieures), DEV (développement), ENTR (entreprises et industrie). Mais rien de concret n’est pour l’instant sorti. Si ce n’est de convenir de se revoir… en novembre. Apparemment, il y a des querelles de chapelle notamment entre les pêcheurs (DG MARE) et les transporteurs (DG TREN) pour savoir qui va être leader du groupe.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).