1,3 milliard pour rénover les chasseurs Hornet finlandais


(B2)Les parlementaires finlandais s’en étranglent encore… La remise à jour des avions de chasse Hornet devrait coûter – jusqu’en 2017 – “un peu plus d’un milliard d’euros” selon le ministre de la Défense. “1,3 milliard d’euros (missiles compris)” selon l’armée de l’air, cité par le Helsingin Sanomat. Rien d’extraordinaire, répond le ministère de la défense. C’était prévu…

La Finlande décide en 1992 de moderniser sa flotte aérienne et opte finalement pour 64 F/A 18 Hornet de fabrication américaine (Mac Donnel Douglas), achetés en 1995 (57 en version C – simple siège – et 7 en version D – double siège) et reconfigurés localement. Coût : 3 milliards d’euros. Les avions ne sont pas équipés de certains équipements d’avionique, d’identification de cible et de capacité d’attaque au sol (en fait il s’agit davantage de F18 – avions de combat aérien – que de F/A 18 – avions de combat et d’attaque). Ces avions sont en efet, avant tout, destinés à assurer la défense du territoire, pour prévenir des incursions aériennes et donc aptes au combat aérien. La politique de non agressivité finlandaise, en vigueur au début des années 1990 (quand la première décision d’achat avait été prise), vise à ne pas équiper ses forces armées de matériel offensif pouvant être perçu comme une “menace” par les Soviétiques.

Après l’éclatement de l’URSS, la vision finlandaise de la défense et la stratégie évolue. Des équipements sont nécessaires pour faire retrouver à ces engins leur capacité d’attaque.Une première phase de rénovation (MLU1) – prévue dans le livre blanc national de 2001, est engagée, évaluée à 325 millions d’euros. Elle consiste à équiper les avions de nouveaux missiles Air-Air et de système de visée plus performant. La deuxième rénovation (MLU2) – prévue dans le livre blanc national de 2004 – vise à les équiper d’une action air-sol. Celle-ci pourrait être de trois types, selon le commandant de l’armée de l’air, le général-major Jarmo Lindberg, cité par le Helsingin Sanomat : des missiles JASSM – si les Américains acceptent de les fournir aux Finlandais * -, des bombes AGM-154C JSOW, voire des bombes « intelligentes » type Boeing JDAM (de portée d’une vingtaine de kilomètres, guidées par GPS). Cette rénovation permettrait aux avions d’être au fonctionnement au-delà de 2020. Autres détails sur le site du ministère finlandais de la défense.

(NGV)

* En février 2007, les Américains avaient refusé la livraison de ces missiles estimant que les avions devaient d’abord être modernisés.

(Photo : armée de l’air finlandaise)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).