Flexicurité, le rapport intérimaire de la Commission

(BRUXELLES2) La Commission européenne vient de publier un rapport intérimaire sur la flexicurité (télécharger ici). La mission s’est rendue en France (19 mai), en Suède (2 juin), en Finlande (6 juin), en Pologne (23 juin) et en Espagne (7 juillet). Et un séminaire thématique est organisé à Bruxelles ce 24 septembre. Pas grand chose de vraiment sensationnel à attendre à attendre…

Trois orientations devraient ainsi être développées dans le rapport final:
• l’actualité des principes de flexicurité dans une période économique moins favorable, au bénéfice des employeurs comme des salariés. Chaque composante du policy mix – le contrat de travail, la formation, l’accompagnement pendant les phases de transition, l’indemnisation et la protection sociale – doit être à la fois flexible et sûr, aussi bien pour l’employeur que pour le salarié. Il ne s’agit pas d’un équilibre à trouver entre une plus grande flexibilité pour les entreprises et une plus grande sécurité pour les salariés.
• Un rôle primordial reconnu à la formation pour anticiper et accompagner les mutations du marché du travail. C’est le retour de la GPE, un temps oubliée, la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences au niveau régional
et territorial.
• La qualité du dialogue social. Ce dialogue doit être « permanent », et aborder « toutes » les composantes de la flexicurité : dispositions contractuelles, offre de formation adaptée, politiques de l’emploi et indemnisation des chômeurs.

C’est révolutionnaire !!

 (NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).