Les quartiers généraux pour EUNav Somalie: Northwood et Djibouti ?

(MOD – Ministère UK de la Défense)

Quel quartier général pourrait être utilisé pour la future opération navale de l’UE au large de la Somalie – dans le golfe d’Aden et  l’Océan indien – qu’on peut dénommer « EuNav » dans le cadre de la lutte anti-piraterie ? La question est une des questions à résoudre pour la suite de l’opération.

Sept quartiers généraux d’opération militaire (OHQ) peuvent être utilisés par l’UE: celui du Shape de l’Otan à Mons dans le cadre des accords de « Berlin Plus », cinq QG établis dans un des pays membre de l’UE (1) et l’Etat-Major militaire à Bruxelles. Trois sont actuellement opérationnels ou activés : Mons (Shape) pour l’opération Althea, Paris (Mont-Valérien) pour l’opération Eufor au Tchad/RCA et Bruxelles, qui sert à la planification pré-opération mais ne dirige aucune opération.

L’OHQ – quartier général de l’opération

Pour l’OHQ – quartier général de l’opération – de « EuNav » Aden, une option a, d’emblée, été exclue: « la solution du Shape ne semble pas praticable » est-il mentionné. A défaut d’être à l’Etat-major de Bruxelles, l’OHQ pourrait donc être situé au nord de Londres à Northwood. Le Royaume-Uni a posé, de façon plus ou moins informelle sa candidature, et semble disposé à le défendre jusqu’au bout… Etabli en 1996, de manière permanente, ce centre opérationnel est le quartier général des forces britanniques conjointes. Il est directement responsable et coordonne les déploiements extérieurs (Irak, Afghanistan, Balkans). Composé d’environ 630 personnes des trois armes – selon le ministère de la défense britannique -, il est dirigé à tour de rôle par un de ses officiers supérieurs, en ce moment, le Lieutenant General Sir Nicholas Houghton. Il sert aussi de quartier général de la composante maritime de l’Otan (Allied Maritime Component Command Headquarters Northwood = en jargon Otan: CC MAR HQ Northwood). L’avantage est certain : avoir un quartier déjà opérationnel et pouvoir assurer la liaison avec l’Otan (d’autant plus utile que croise également dans la région la CTF 150, combined task force 150 dans le cadre de l’opération « Liberté immuable »). Autre avantage : le bureau maritime international est, lui aussi, situé à Londres.

Le gros handicap et inconvénient de Northwood est justement là : connoté Otan, il sera plus difficile à « EuNav » d’agréger à l’opération d’autres navires, de la marine russe par exemple (la marine russe semblant disposée à intervenir (2)). L’hypothèse d’un OHQ placé à Bruxelles – voire au Mont-Valérien – n’est donc pas exclue. En revanche, l’utilisation de l’OHQ de Larissa en Grèce ne semble pas possible : n’étant pas opérationnel et les Grecs ne l’ayant pas proposé ; de même, les Italiens et les Allemands n’ont pas proposé leur OHQ.
Le FHQ – quartier général de force

Le FHQ – quartier général de force – pourrait être, lui, situé à Djibouti, à côté de la base militaire française (a plus importante base française à l’étranger). Etablie de façon permanente, la France y dispose – comme le rapporte l’Etat-major des armées – d’environ 2900 hommes, de moyens héliportés (5 Puma, 2 Gazelle, 2 Puma, 1 Fennec) et aériens (10 Mirage 2000, 1 C160, 1 Bréguet Atlantic) et de plusieurs navires. Elle avait accueilli lors de l’attaque de bateaux espagnols, des moyens aériens. Les autorités du pays semblent d’accord, à première vue, pour accueillir les Européens. Et, coté français, un dispositif identique à celui mis en place au Tchad – avec les EFT (Eléments français au Tchad) – pourrait être trouvé. C’est-à-dire : identification claire du quartier général européen dans une unité séparée mais partage de certains moyens logistiques. Avec un avantage, sur le Tchad, la nécessité de « neutralité », par rapport à la base française, n’est pas aussi impérative.

(mis à jour le 10 oct) : Rome a aussi proposé son OHQ. Avec Bruxelles et Northwoord il y a donc désormais trois possibilités…

(1) Northwood (Royaume-Uni), Potsdam, Berlin (Allemagne); Rome (Italie), Larissa (Grèce), Mont-Valérien – Paris (France).

(2) Lire :Opération EU Navco Somalie, la 2e phase se prépare