La présidence française plus active dans les Balkans qu’annoncé?

(B2) Même si ce n’est pas une « top priorité » ou même une simple priorité, l’élargissement notamment aux pays des Balkans pourrait bien constituer un dossier majeur de la présidence française. La France s’est ainsi engagée à ouvrir tous les chapitres de négociation avec la Croatie afin de permettre en 2009 de conclure l’adhésion du pays le plus touristique de l’ex-Yougoslavie. Elle devra aussi appuyer le travail du médiateur de l’Onu, Matthew Nimetz, chargé de trouver une solution entre la Grèce et la Macédoine, sur le nom de ce pays, en faisant pression sur les deux pays. Un travail déjà entamé si on se fie au dernier voyage de Nicolas Sarkozy en Grèce. Pour le Monténégro, le plus petit pays de la région qui s’est séparé de la Serbie en 2006, la présidence française constituera une étape importante avec la reconnaissance du statut de pays-candidat. Enfin, l’évolution de la situation interne en Serbie, comme au Kosovo, bénéficiera d’une « attention particulière » des diplomates français. Le sommet de décembre, sous présidence française, pourrait ainsi constituer une nouvelle étape dans la réunification des Balkans au sein de l’Union européenne.
Pour un pays considéré comme réticent à l’élargissement, c’est pas mal…

(NGV)

(paru dans La Lettre de l’Expansion, 16 juin 2008)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).