France et Espagne décidés à agir sur la piraterie maritime

(B2) La France et l’Espagne ont signé, le 27 juin à Saragosse, un accord pour lutter contre la piraterie au large de la Somalie. Un projet qui s’inscrit dans la mise en œuvre de la résolution 1816 votée à l’Onu, sur une initiative franco-américaine.

Votée le 2 juin, la résolution de l’ONU autorise en effet – pour une période de six mois – les Etats qui « coopèrent avec le gouvernement fédéral de transition » et seront signalés au secrétariat général de l’Onu, « à entrer dans les eaux territoriales de la Somalie » et « à utiliser (…) tous moyens nécessaires pour réprimer les actes de piraterie et les vols à main armée ».

Un groupe de travail franco-espagnol va donc être constitué rapidement afin de mettre en place d’ici la fin du mois de juillet une coordination de moyens militaires aériens et navals » au large de la Somalie.  Un navire de guerre espagnol pourrait se joindre au dispositif militaire français déjà présent dans l’Océan indien, selon l’AFP. Des hélicoptères pourraient aussi être basés en permanence dans la zone.

Ce dispositif reprend, en fait, celui improvisé en avril dernier, quand plusieurs bateaux dont un voilier de croisière français, « le Ponant », et un thonier espagnol, « Playa de Bakio », avaient été, coup sur coup, attaqués et leur équipage séquestré pendant plusieurs jours, avant d’être libérés contre rançon. Les installations françaises de Djibouti avaient été mises à disposition des autorités espagnoles et la frégate espagnole « Mendez Nunez » avait été déroutée sur la zone.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.