Du 1er juillet au 31 décembre, ca va être la fête…

(B2) La présidence française de l’Union européenne qui démarre le 1er juillet s’annonce festive… Qu’on en juge !

Des bals européens à thèmes (bals électro-disco, bals folk, bals masqués, bals des enfants…) seront ainsi organisés partout en France les 12, 13 et 14 juillet (jour de la fête nationale).

Vingt-sept affiches de vingt-sept designers européens, issus de tous les pays membres de l’Union, seront exposées en très grand format dans les halls des aéroports de Paris, durant les mois de juillet et août. Des manifestations festives de grande envergure, dirigées surtout vers le public jeune, telles que la Technoparade ou la Nuit Blanche, seront également européanisées.

Enfin, la clôture de la Saison culturelle européenne sera marquée par une exposition comportant la projection simultanée de plusieurs centaines d’oeuvres numériques sous la Nef du Grand Palais, à Paris, du 18 au 31 décembre : « Dans la Nuit, des images ».

La Saison culturelle européenne organise également 26 projets « tandem », reposant sur la collaboration entre artistes français et artistes des 26 autres pays de l’Union européenne, ainsi que sur la collaboration entre institutions culturelles européennes : théâtres, opéras, musées et centres d’arts, festivals… Chaque projet sera présenté dans une ou plusieurs villes françaises, ainsi que dans le pays européen partenaire. Toutes les disciplines artistiques sont représentées, de la danse avec un spectacle chorégraphique de hip-hop, sous la direction de l’Allemand Storm (alias Niels Robitzky) à Chaillot, à la musique, avec un concert de jazz des frères Belmondo et du Choeur letton Latvia et la production d’un opéra de Hümmel, « Mathilde de Guise », sur instruments anciens, en passant par la photographie, avec le pelliculage d’un train Thalys, avec des productions du duo néerlandais « Exactitudes », les arts de la rue, avec la création de la compagnie slovène Bunker avec le groupe français Ez3kiel, les nouvelles technologies avec une exposition associant des artistes, des chercheurs, et des informaticiens tchèques et français autour de la réalité virtuelle, ou encore la littérature, avec un récital poétique franco-portugais par Emmanuel Demarcy-Mota.

Une vingtaine de « panoramas » thématiques, résultant le plus souvent d’une commande passée à une grande institution culturelle française, seront également présentés partout en France, pour révéler le dynamisme de la création européenne dans toutes les disciplines : le cinéma avec une programmation européenne à la Cinémathèque française, au Festival du documentaire de Marseille et au Festival du film d’Amiens (film d’animation), la photographie avec les Rencontres d’Arles et le Mois européen de la photo, le théâtre avec le Festival d’Avignon et le Festival d’Automne, les Arts de la Rue avec le Festival d’Aurillac, le design avec la Biennale du design de Saint-Etienne, les musiques actuelles avec le Festival Marsatac et les Transmusicales de Rennes, l’architecture avec le Centre d’Architecture Arc-en-Rêve à Bordeaux, la littérature avec une exposition sur la littérature de jeunesse européenne à la Bibliothèque nationale de France…

Trois projets symboliques concernent respectivement la ville de Bruxelles (illumination de la Grand-Place par Yann Kersalé), les dix nouveaux Etats membres de l’Union européene (tournée de quatre mois de la Comédie Française avec un programme européen), ainsi que le réseau des centres et instituts culturels français à l’étranger (série de débats « Penser l’Europe »).

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).