Directive retour (suite): la Commission gênée…

(BRUXELLES2) Bien sûr, quand on l’interroge, comme j’ai pu le constater, vendredi dernier, la Commission européenne se « félicite du compromis obtenu sur la directive retour » entre (précision utile) « la présidence et le rapporteur du Parlement ». Car elle « pave la voie à l’adoption en première lecture. Ce texte sera très probablement adopté avec la plénière du 4 juin » estime ainsi le porte-parole de la Commission qui lit une déclaration écrite, rédigée par le cabinet du commissaire (absent depuis maintenant près d’un mois pour cause d’élection italienne) Franco Frattini.

Mais interrogée plus précisément sur le délai de rétention, très long par rapport à la proposition initiale, la Commission botte en touche à plusieurs reprises pour éviter de dire qu’en fait elle n’est pas tout à fait d’accord… « La Commission ne se prononce pas sur les détails ». Vous n’êtes donc pas informé de tous les détails ? Réponse : « Il faut distinguer avoir connaissance de certains points et avoir suffisamment d’éléments pour en apprécier les éléments ».

Selon la Commission Trois = Deux
Bref, en clair, la Commission européenne est très loin de partager le semblant de compromis de la présidence slovène et craignant que le succès parte en fumée au Parlement se réserve de toute approbation et veut se retirer du jeu. Le porte-parole a ainsi utilisé une formule très littéraire, mais fort peu mathématique, pour justifier sa « non position » : « dans un trilogue législatif… il y a deux parties, le Parlement d’un coté, le Conseil de l’autre ». Autrement dit, la Commission ne se compte pas dans le trilogue… Formidable démonstration mathématique !

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter