Stratégie de Lisbonne: un succès vous dit-on… (bis)

Share

(B2) Interpellé par plusieurs journalistes au sujet de l’appel des socialistes européens pour rendre plus sociale et plus efficace la stratégie de Lisbonne, le porte-parole de José-Manuel Barroso a botté en touche – ou plutôt comme disait si bien Martin Schulz, le leader du PSE, s’est « enterré (encore plus) la tête dans le sable ». Jugez de la réponse (pour écouter) : « A l’évidence Bruxelles n’est pas immunisé de la politique partisane, clairement les calendriers électoraux et échéances futures jettent leur ombre » a-t-il commencé par dire. Puis dans une langue de bois digne des plus beaux discours brejneviens, il a entamé une ode à la stratégie de Lisbonne. « La stratégie de lisbonne, sa conception pour le prochain cycle est une décision unanime du collège, sur lesquels ont travaillé le commissaire à l’industrie, membre du PSE, le commissaire à l’économie, membre du PSE, et le commissaire social, membre du PSE… Le message social est pris en compte par la stratégie de Lisbonne. De l’avis de tous les observateurs d’emploi, le taux d’emploi est un succès, la réduction du taux de chômage à 7% est un succès, cette stratégie donne clairement des effets et des résultats. … Clairement notre réponse est de dire : assez de paroles, temps de passer aux actes. La Commission est très contente quand les forces politique incitent leurs collègues dans leurs gouvernements nationaux à accélérer la mise en œuvre, c’est là le véritable défi, il n’y a plus besoin de papiers, mais la mise en œuvre. » 

Dans une lettre ouverte adressée, le 5 mars, aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE et au président de la Commission européenne, le chef de file des Socialistes, Martin Schulz avait écrit:  » alors que 78 millions d’Européens sont menacés de pauvreté et que l’Union est confrontée aux défis du chômage, de l’exclusion sociale du changement climatique et de l’instabilité financière, le président de la Commission européenne continue d’ignorer les appels du Parlement européen. » Suivait un mémorandum de vingt propositions pour revitaliser de manière sociale la stratégie de Lisbonne, notamment en mettant en place, de manière coordonnée en Europe, un salaire minimum et des minima sociaux.