B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Actu BlogAfrique Australe CentraleMissions Opérations

L’EUFOR Tchad/Rca retardée ou compromise ?

(BRUXELES2) Les combats au Tchad se sont durcis, le 31 janvier, entre les « rebelles » et l’armée régulière, se rapprochant de la capitale, N’Djamena, selon l'AFP. Des événements « directement liés » au déploiement au Tchad de l'Eufor, la force militaire de l’UE, selon Hervé Morin le ministre français de la Défense (la France est, d’une part, liée par un accord bilatéral avec le Tchad et fournit, d’autre part, la majorité de ses moyens à l’Eufor). Même « neutre », a estimé H. Morin, l'Eufor Tchad-RCA « va gêner les desseins des rebelles tchadiens », en limitant leur liberté de mouvement.

« Le déploiement peut être retardé parce que clairement l'emploi de la voie terrestre pour déplacer la logistique va être retardé », a affirmé le général français Jean-Philippe Ganascia, lors d’une conférence de presse à N'Djamena. Mais « de quelques jours » seulement. Certains acheminements aériens de troupes – autrichiens, irlandais —  ont dû être temporairement suspendus. Le général a rappelé la « neutralité » de l’Eufor mais aussi sa détermination. « Tous les moyens militaires (pourraient) être employés (...) sans aucune réserve » s’il y a menace sur la mission de l’Eufor. « Il n’y a aucune incidence et aucun changement de nos plans » m'a confirmé un proche du général Pat Nash, commandant l’opération européenne. Celle-ci comptera environ 200-300 militaires sur place rapidement et devrait atteindre « sa capacité opérationnelle initiale (IOC) le 10 mars comme prévu ».

Un éventuel changement à la tête du Tchad pourrait aussi avoir une conséquence directe sur la mission de l’UE. Les « rebelles » ayant manifesté à plusieurs reprises leur hostilité à la présence de la force européenne, il y a fort à craindre qu’ils veuillent sinon remettre totalement en cause l’accord signé entre l’Union européenne et le gouvernement d’Idriss Deby, du moins en revoir certaines modalités.

(Paru dans Europolitique, 2 février 2008)

 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.

s2Member®