Préretraite : de la théorie à la réalité

(B2) La Commission européenne a validé, le 10 mai, le régime de préretraite public aux télécoms grecs. La contribution du gouvernement grec au régime de préretraite volontaire (RPV) de l’Organisme grec des télécommunications (OTE) est compatible avec les règles européennes relatives aux aides d’État, a conclu Neelie Kroes, la commissaire européenne à la Concurrence. «(Cela) devrait permettre à l’OTE de réduire ses effectifs et de devenir une entreprise plus légère et plus efficace dans l’intérêt d’un marché grec des communications assaini ».
Selon la Commission, le RPV permet aux salariés dont le départ obligatoire à la retraite est prévu entre 2005 et 2012 de prendre leur retraite immédiatement tout en bénéficiant au maximum de huit années fictives d’occupation reconnues par la loi. Objectif : réduire de 15 000 à environ 10 000 le nombre de salariés de l’OTE. Coût : environ 1 milliard d’euros. Justification : « La réduction d’environ un tiers des effectifs de l’OTE grâce au RPV et l’acceptation par les salariés de la suppression du statut d’emploi permanent des futures recrues en échange d’un plan de préretraite devraient notamment assurer la compétitivité de l’entreprise et sa privatisation ultérieure. »
Commentaire: cette décision est-elle vraiment compatible avec les lignes directrices pour l’emploi, visant à réduire les préretraites, engagement répété à plusieurs reprises lors des sommets européens de diminuer l’âge moyen de départ en retraite ? Ou est-ce cet engagement qui n’est pas vraiment réaliste et conforme à la réalité économique ? Au choix… En tout cas, on voit la limite et les contradictions des politiques communautaires. Chacun joue en aveugle sur son propre secteur. La main gauche ne respecte pas ainsi ce que lui dit la main droite.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).