(crédit : Ministère italien de la Défense)

Le génie italien à l’oeuvre en Centrafrique

(crédit : Ministère italien de la Défense)

(crédit : Ministère italien de la Défense)

(BRUXELLES2) Pianissimo ! Le contingent italien a mis un peu de temps à arriver dans l’opération EUFOR Rca. On l’attendait fin juin pour la déclaration de pleine capacité opérationnelle. Les militaires italiens sont arrivés finalement … à la fin août. Ils sont « bien là », nous a confirmé un officier de l’opération. Une cinquantaine de militaires, provenant du 8e régiment de la brigade parachutiste « Folgore », sont arrivés fin août. Avec force matériels, transportés par les gros porteurs antonov russes du contrat Salis. Les Italiens assureront « la mobilité des forces européennes, le nettoyage des restes de la guerre et la création d’infrastructures de base à destination de la population et du gouvernement local, ainsi que la surveillance de la reconstruction d’un pont confiée à des entreprises locales » détaille-t-on côté italien. Les Italiens n’ont pas traîné à se mettre au travail. Première tâche : améliorer  et finaliser l’accès à l’aéroport de la capitale. Depuis une semaine, une équipe spécialisée a ainsi « réparé et consolidé le tronçon de route à l’entrée de l’aéroport M’Poko de Bangui », actuellement contrôlé par les forces de l’EUFOR.

(NGV)

Les forces d’Eulex et de la Kfor dégagent les routes bloquées au Nord Kosovo

(BRUXELLES2) Les forces de la mission européenne EULEX au Kosovo ont opéré, le 13 octobre, près du porte-frontière de Jarinje (Gate 1) entre le Kosovo et la Serbie pour dégager les routes, démanteler les croisements qui étaient encore bloqués et « rétablir l’Etat de droit ». Elles étaient soutenues par des troupes de la Kfor. « L’utilisation de routes non autorisées, permettant d’échapper aux contrôles légitimes ainsi que les barrages routiers sont illégaux et n’aident personne » a déclaré dans un communiqué Andy Sparkes, le chef par intérim de la Mission Eulex. « Il est important que la situation dans le nord du Kosovo est ramené à la normale dès que possible, pour le bénéfice de tous », a déclaré le chef par intérim de la mission EULEX, Andy Sparkes. « C’est important que la situation au nord du Kosovo revienne à la normale aussi vite que possible, pour le bénéfice de chacun.