L’opération Sentinelle, utile mais à redimensionner (Bosser)

Militaires de l’opération Sentinelle dans le métro parisien (Crédit : DICOD)

(B2) Lors d’une audition à l’assemblée nationale, le 19 juillet dernier, le général Jean-Pierre Bosser, le patron de l’armée de terre, a exprimé ses doutes sur l’opération Sentinelle, qui consomme nombre de ressources humaines. Sans mettre en doute son utilité (un tabou officiel), il a cependant plaidé pour un redimensionnement, plus soutenable de l’opération. Une analyse intéressante alors que six militaires ont été blessés lors d’une attaque par un véhicule dans les rues de Levallois, ce mercredi (9 août).

Sentinelle, consommatrice de ressources humaines …

La présence de l’armée de terre « a reçu mission de renforcer les moyens de l’État en cas de crise, comme c’est le cas avec la contribution des armées au plan Vigipirate depuis 1995 […]. La grande différence de Sentinelle, c’est que cette opération déploie d’énormes masses – jusqu’à 10.000 hommes – sur le territoire national. Aujourd’hui, il y en a 7 000 – et 3 000 en réserve. » Une opération qui ne suscite pas chez les jeunes recrues un enthousiasme folichon. « Nos jeunes s’engagent pour l’action et pour voir du pays. Quand on leur dit que leur première mission sera « Sentinelle » à la gare du Nord, cela ne les fait pas rêver. Je ne vais pas raconter des histoires : ils se sont engagés d’abord pour partir au Mali ou sur d’autres théâtres d’opérations extérieures. »

La place des armées sur le territoire national

L’opération Sentinelle (re)pose la question sur « le rôle et la place des forces armées sur le territoire national. Cela a fait l’objet de nombreux débats, qui portent sur le bien-fondé, ou non, de déployer des forces armées. Est-ce vraiment leur rôle, par rapport aux forces de sécurité intérieure ? Si oui, pour quoi faire ? Et surtout, comment le faire ? »

Une évolution de Sentinelle

Depuis sa mise en place, en 2015, « nous sommes passés d’un dispositif statique où nos soldats étaient vraiment employés comme des sentinelles, vers des dispositifs beaucoup plus dynamiques ». Une nécessité car selon plusieurs sources au sein des armées consultées par B2, le dispositif originel était impossible à tenir. Il consistait quasiment à supprimer soit les périodes de repos, soit les entraînements, soit les deux. Mais il faudra encore évoluer. Le général Bosser « espère [ainsi] que dans le cadre de la rénovation ou de la suite de l’état d’urgence, nous serons encore amenés à faire évoluer le rôle et la place des forces armées ».

Redimensionner la mission

Pour le général, il faut être réaliste. Mais il faut alléger le dispositif pour avoir davantage de réserve et d’anticipation. Donc plus question d’avoir 7000 hommes mobilisés comme aujourd’hui. Mais juste 3000. « On n’échappera pas, je le pense, à la présence de quelque 3 000 hommes répartis sur des points clefs de Paris comme la Tour Eiffel, le Louvre… Ensuite, il faut 3 000 hommes en réserve pour monter en puissance en cas de coup dur, n’importe où en France. Enfin, je souhaiterais qu’une troisième fraction de 3 000 hommes, aujourd’hui encore déployés, soit consacrée à l’anticipation. J’entends que l’on travaille sur les scénarios de crise – tels que définis par le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) – comme les prises d’otages de masse, les risques industriels, les risques bactériologiques. Ce n’est pas anxiogène pour les Français qui sont capables de comprendre qu’en nous y préparant, nous nous préparons à assurer leur sécurité. »

NB : Une formule qui pourrait avoir l’assentiment du chef de l’État. Lors de sa visite sur la base aérienne d’Istres, le 20 juillet, Emmanuel Macron avait annoncé avoir demandé « une réflexion en profondeur […] pour l’automne qui permettra de réviser les modalités de l’opération Sentinelle ». Réflexion que devra lui présenter le nouveau chef d’état-major des armées, le général Lecointre.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi :

Attaque sur les Champs élysées. Attention à ne pas céder à la surenchère

(B2) Un policier a été tué, un autre a été grièvement blessé, et un troisième plus légèrement, sur la « plus belle avenue du monde », les Champs Élysées, jeudi soir (20 février), juste avant 21 heures. A trois jours du premier tour des élections présidentielles. l’évènement n’est pas anodin. Dans l’échange de tirs, une passante a été blessée.

Un combattant venant de Belgique

La police semblait délibérément visée par l’agresseur qui a arrêté son véhicule à hauteur des forces de l’ordre, sortant de son véhicule, pour tirer sur eux, à l’arme semi-automatique, selon les premiers éléments d’information – « un fusil d’assaut selon le procureur François Molins – (1). L’agresseur a été abattu (2). L’attentat a très vite été revendiqué par l’organisation de l’état islamique (Daesh), citant Abu Youssef al belgiki selon Wassim Nasr. C’est-à-dire un combattant venant de Belgique (3).

Un terrorisme assez classique

Au-delà de l’émotion première, on peut remarquer que cet acte — comme celui commis à Orly contre des militaires du dispositif Sentinelle samedi 18 mars 2017 – s’assimile au terrorisme classique s’en prenant aux représentants de l’État (4). D’un point de vue technique, il était tout à fait possible à l’agresseur de s’en prendre à la foule présente sur les Champs élysées. Ce qui aurait eu un effet autrement plus négatif en termes de nombre de victimes comme d’impact dans la population. Il a choisi de s’en prendre spécialement aux uniformes mais dans des endroits choisis, hautement symboliques et fréquentés par les touristes. L’objectif recherché est, ici, à double détente : dans un premier temps, marquer la possibilité de frapper à tout moment, contre des forces de l’ordre, dans un second temps, indiquer aux touristes que Paris n’est pas une ville sûre.

Solidarité européenne

Le commissaire européen chargé du terrorisme, le Britannique Julian King, a été un des premiers à réagir, se disant « choqué » par « le meurtre d’un policier à Paris et 2 blessés victimes d’une attaque terroriste ». « Mes pensées [vont] aux familles et [j’exprime ma] solidarité avec eux » a-t-il indiqué sur son compte twitter.


Le Premier ministre belge Charles Michel a condamné cette « lâche et ignoble agression ».

L’ancien haut représentant de l’Union, l’Espagnol Javier Solana a aussi voulu exprimer « toute sa solidarité avec les Français ».

La chancelière allemande, Angela Merkel, a réagi par la voix de son porte-parole : adressant « ses condoléances » au président François Hollande. « Ma sympathie va aux victimes et à leurs familles » a-t-elle ajouté.


Le ministre allemand des Affaires étrangères a réagi sur twitter à ces « nouvelles choquantes de Paris. Nous pleurons les victimes et sommes fermement et résolument du côté de la France » a expliqué Sigmar Gabriel.


Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johson a aussi tenu à exprimer ses condoléances.


La résilience nécessaire

Les différents responsables politiques, et candidats à la présidentielle, vont désormais devoir faire preuve d’un maximum de résilience. C’est-à-dire de résister à la tentation de surexploiter cet évènement, d’en rajouter dans la dramatisation et dans des propositions faites sur le coup de l’émotion. Ce serait le pire de tout. Ce serait en fait donner une prime aux auteurs de l’attentat. Ce que recherchent les terroristes, ce n’est pas en soi l’acte destructeur de vies mais le souffle médiatique et politique supplémentaire qui suit, qui a un effet d’autant plus important que l’acte commis a une symbolique importante. De ce point de vue, l’annulation des déplacements de campagne électorale n’est pas automatiquement une bonne chose. S’il permet d’éviter des déclarations faites sous le coup de l’émotion, plus néfastes qu’utiles, il participe aussi de la dramatisation de l’acte.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) La question de l’origine de l’arme va devoir être analysée de près, notamment dans le cadre de la nouvelle législation européenne sur le contrôle des armes automatiques ou semi-automatiques. Lire : Le renforcement du contrôle des armes à feux à l’intérieur de l’UE (fiche)

(2) Un individu (Karim Cherfi) de nationalité française, résidant à Chelles est déjà connu pour des antécédents similaires. Il avait été condamné en 2003 à 20 ans de prison pour une attaque contre des policiers, comme le rappelle le Parisien.

(3) Ce qui ne cadre pas avec le profil connu de l’individu abattu par la police, cf. ci-dessus.

(4) A l’inverse des attaques au Bataclan ou sur les terrasses qui ressortissaient d’un acte de terrorisme ‘pur’, visant délibérément non pas les forces de l’ordre mais la population ordinaire.

OperSentinelleMartinique@Def150124

Sentinelle, une opération utile face au terrorisme ‘pur’ ?

OperSentinelleMartinique@Def150124

déploiement de militaires aux Antilles en janvier (crédit : EMA / DICOD)

(B2) L’ampleur des attentats simultanés qui ont eu lieu ce vendredi (13 novembre), au Bataclan, au Stade de France… doit interpeller sur le dispositif de sécurité. Il signe un certain échec du plan Vigipirate et de l’opération Sentinelle.

Un terrorisme au sens pur

Le stade de France à Saint-Denis, le 10e et le 11e arrondissement sont des quartiers éminemment populaires. Le déploiement en nombre de personnel militaire protégeant certains bâtiments sensibles, de façon permanente, est plutôt avec le terrorisme. Du moins le terrorisme, au sens « pur » du terme, celui qui est destiné à semer la terreur parmi la population et vise toute une série d’objectifs « non stratégique » mais la population.

Un dispositif couteux

L’opération Sentinelle est un dispositif couteux — en hommes — et impossible à tenir à la fois dans la durée et dans l’étendue.  7.000 militaires sont mobilisés en permanence (10.000 au plus haut de la crise après les attentats de janvier à Charlie hebdo, Montrouge et à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes). Il est aussi, en grande partie, inutile face à ce type de terrorisme. Peut-on protéger toutes les salles de spectacle, les stades, les restaurants, tous les lieux publics ? Dans ce cas, le terrorisme s’en prendra aux épiceries, aux supermarchés, au bus et au métro. Protégera-t-on le centre de Paris ? Les terroristes viseront des cibles en banlieue ou en province. L’usage de militaires de façon permanente pose aussi des problèmes d’ordre juridique mais aussi opérationnels.

Un dispositif qui a ses limites

Toutes les questions doivent maintenant être posées, sans tabou. Les effectifs militaires ne sont pas extensibles à l’infini. En comptant les opérations extérieures, le maintien de la présence dans les bases permanentes extérieures et outre-mer + l’opération intérieure, il y a déjà plus de 20.000 hommes mobilisés en permanence. Est-ce judicieux d’employer des militaires en métropole en nombre à des missions de police ? Ne seront-ils pas plus efficaces aux missions pour lesquelles ils ont été formées, à l’extérieur du territoire ? N’est-il pas plus utile d’employer des policiers et de gendarmes dont c’est la fonction et qui ont la capacité d’intervenir ? Ce qui pose la question de l’augmentation des effectifs, donc du budget supplémentaire (donc une augmentation du déficit).

Un dispositif qui crée une illusion de sécurité

Ce dispositif est trompeur. Il crée également une fausse sécurité dans tous les autres lieux. Il ne s’agit pas de créer la panique, mais de sensibiliser la population, d’avoir une certaine méfiance par rapport à des actes suspects et de prendre les bonnes dispositions en cas d’attaque. Dans une population, qui pour sa grande majorité, n’a jamais connu la guerre, voire les précédentes vagues d’attentats (type OAS ou FLN durant la guerre d’Algérie), il importe aussi de développer un esprit de résilience. Même les vagues les plus récentes — celles du GIA ou iraniennes de 1986 ou 1995 — qui visaient (elles aussi) des cibles populaires — peuvent paraitre lointaines.

Développer une résilience

Avoir les bons réflexes en cas d’attaque, apprendre à maitriser son sang-froid ne sont pas innés. Il y a des règles, des conseils à donner à la population. Eviter de montrer du doigt contre certaines religions ou nationales, de développer du racisme ou de la haine raciale est aussi impératif. Ce serait pire que tout et nourrirait les attentats de demain.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire : Armée déployée en France. Une « opération intérieure » de protection