Un bateau piégé au large de la Libye ? Pas de la théorie

(B2) Interpol a émis, selon le site Migrant Report, un avertissement aux pays opérant dans la Méditerranée d’être sur le qui-vive sur une tentative des militants de l’organisation de l’Etat islamique (ISIL) en Libye d’effectuer une sorte d’opération en mer au cours des prochains jours.

C’est une crainte réelle des différents services qui travaillent sur la Méditerranée aujourd’hui, surtout depuis que l’Etat islamique a pris certaines villes du rivage comme Syrte, selon les informations recueillies par B2. Il serait relativement facile d’équiper un navire lesté d’explosifs et de le diriger soit vers un navire marchand (tanker, méthanier, etc.) qui croise au large, soit vers un navire militaire. L’exemple du destroyer américain USS Cole, atteint par une embarcation piégée le 12 octobre 2000 dans le port d’Aden, est dans tous les esprits.

NB : Même si l’effet en termes militaires pourrait ne pas être très important, l’effet économique ou politique pourrait être redoutable. L’attaque sur un navire marchand aurait pour effet immédiat de limiter le passage des navires et d’augmenter de façon drastique le coût des assurances.

(NGV)

(crédit : marine ukrainienne)

L’Ukraine rejoint l’Union européenne. ласкаво просимо

(crédit : marine ukrainienne)

(crédit : marine ukrainienne)

(BRUXELLES2) La nouvelle peut paraitre surprenante. Certes le gouvernement ukrainien n’a pas signé l’accord d’association de l’UE. Mais une frégate ukrainienne se joindra bien dans quelques jours à l’opération anti-piraterie de l’Union européenne, EUNavfor Atalanta, au large de la Somalie. La frégate ukrainienne Hetman Sahaydachnyi, qui a passé deux mois et demi au sein de l’opération « soeur » de l’OTAN, Ocean Shield, sera alors placée sous commandement français (lire : L’ancien pacha de la Jeanne d’Arc à la tête d’EUNavfor).

Un véritable défi

Comme le précise à B2 le vice-amiral d’escadre Christian Canova, chef adjoint de Marcom à l’OTAN et Ocean Shield, « l’effort est important pour la marine ukrainienne. Cela peut paraître anodin pour nos pays de déployer un bateau dans l’Océan indien. Pour l’Ukraine non… » C’est la première fois qu’un navire ukrainien évolue, en effet, aussi loin de sa base. La dernière fois… c’était avant l’indépendance, sous l’URSS. « C’est un défi à la fois logistique, il faut intégrer des règles d’engagement, des systèmes de communication, différents. Et ils basculent d’un commandement à l’autre. » ласкаво просимо

 

(crédit : Royal Navy)

A vendre !

(crédit : Royal Navy)

(crédit : Royal Navy)

(BRUXELLES2) Vous avez quelques livres sterling en trop. Et avez envie de vous payer une petite folie. N’hésitez plus. Vous pouvez dès maintenant devenir propriétaire du HMS Illustrious. Celui-ci est le dernier de la lignée des portes-avions de la classe Invincible (avec l’Invincible et l’Ark Royal). Il devrait se retirer d’ici la fin 2014, après 32 ans de bons et loyaux services. A son actif la première guerre du Golfe, le conflit en Afghanistan, les évacuations au Sierra Leone en 2000 ou du Liban en 2006. Le ministère de la défense voudrait que ce navire reste au Royaume-Uni et invite les entreprises privées, les fondations, les « charities » intéressées à l’acheter à « venir présenter des idées pour son utilisation future ». Avis aux amateurs !

Photo du Mv Albedo en train de couler (crédit : Eunavfor Atalanta)

Un navire piraté coule au large de la Somalie. Pas de nouvelles des marins

Photo du Mv Albedo en train de couler (crédit : Eunavfor Atalanta)

Photo du Mv Albedo en train de couler (crédit : Eunavfor Atalanta)

(BRUXELLES2) Le Mv Albedo, un cargo iranien battant pavillon malaisien, et détenu par des pirates somaliens dans un mouillage près de la côte somalienne, a bien coulé dans une mer agitée, a confirmé le QG d’Atalanta, l’opération européenne anti-piraterie mardi (9 juillet). Un navire de guerre de Eunavfor et les avions ont patrouillé dans la zone pour tenter de retrouver des survivants. Mais jusqu’à présent, sans succès.

Le MV Albedo était aux mains de pirates depuis qu’il a été attaqué dans l’océan Indien en novembre 2010. Son équipage comptait à l’origine 23 marins – selon la base de données B2. 1 marin indien était mort lors de la prise d’otages. 7 Pakistanais avaient été libérés le 1er aout 2012- dont le captain Jawaid Saleem, contre versement d’un rançon. Selon la base de données « Pirates-B2 », il restait ainsi à bord 7 Bangali, 6 Sri lankais, 1 Indien et 1 Iranien.

La livraison d’hélicoptères russes à la Syrie bloquée au Nord de l’Ecosse

Le MV Alaed fait partie de la flotte de l'armateur russe FEMCO (Crédit: FEMCO)

(B2) Les Etats-Unis, qui ont accusé la semaine dernière les russes de fournir le régime syrien en armes, ont demandé la semaine dernière aux britanniques de stopper un bateau russe (le MV Alaed) alors qu’il naviguait en mer du Nord, à 50km au Nord Est des côtes de l’Ecosse, comme l’a révélé le Sunday Telegraph ce week-end. Se dirigeant vers le Sud, ce bateau russe transporterait des hélicoptères Mi25 à destination de la Syrie, selon les renseignements américains. Or, le MV Alaed vogue sous une assurance britannique. Le gouvernement britannique a donc informé la compagnie d’assurance Standard Club qu’assurer un tel convoi allait à l’encontre des sanctions décidées par l’UE contre la Syrie, puisqu’elles interdisent non seulement l’exportation d’armes vers le pays mais aussi la fourniture de « services » liés à l’exportation. L’assureur a alors immédiatement rompu le contrat d’assurance. Le bateau, désormais non assuré, a été vu la nuit dernière (18 juin) au large de l’Ecosse.