Mateusz Dziedzic dans sa paroisse - (crédit : MD - profil facebook)

Un missionnaire polonais enlevé en Centrafrique

Mateusz Dziedzic dans sa paroisse - (crédit : MD - profil facebook)

Mateusz Dziedzic dans sa paroisse – (crédit : MD – profil facebook)

(BRUXELLES2) Un missionnaire polonais a été enlevé à Baboua, dans l’ouest de la Rép. centrafricaine dans la nuit de dimanche à lundi (13 octobre). Enlèvement confirmé par le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères. Selon les informations obtenues par celui-ci, le missionnaire serait « bien traité ».

Une prise d’otages

Le père Mateusz Dziedzic, prêtre du diocèse polonais de Tarnow, a été enlevé par une douzaine d’hommes armés, du groupe rebelle, les « hommes de Miskine » ou Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC). Ce groupe demande la libération de son chef, Abdoulaye Miskine, qui purge, depuis un an, une peine de prison au Cameroun. Il était déjà l’auteur, en septembre, de l’enlèvement de plusieurs villageois dans la région. Au départ, ils voulaient arrêter les deux missionnaires, mais après l’échec des négociations pour parvenir à un compromis, seul l’un d’eux a été libéré, a précisé Tomasz Atłas directeur des Œuvres Pontificales Missionnaires, selon le quotidien Gazeta. Il y a encore 32 missionnaires polonais travaillant en République centrafricaine.

Sangaris et EUFOR RCA en alerte

Une cellule d’urgence a été mis en place à Varsovie composé d’une équipe spéciale interministérielle, et en contact permanent avec la Commission de la Conférence épiscopale polonaise pour les missions, dirigée par le père Kazimierz Szymczycha » précise-t-il. Et l‘enlèvement du missionnaire polonais a été « communiqué aux autorités compétentes de la République centrafricaine, les missions internationales dans ce pays et l’Organisation des Nations Unies » précise-t-on à Varsovie, notamment l’opération française Sangaris, la Minusca (l’opération des Nations-Unies) et EUFOR RCA, l’opération européenne qui compte dans ses rangs 50 militaires polonais. Ceux-ci devraient participer aux négociations, selon les médias polonais.

(NGV)